Partagez | 
 

 "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 13:11

Frisquet… C'est ce qu'on pouvait dire du temps. Le soleil ne semblait incapable de réchauffer véritablement les terres à l'est de Port Ferox. Il faisait froid, en général, à Regna Ferox, mais là, pour un Feroxien du nord, il faisait enfaîte pas si froid. Les routes étaient néanmoins assez peu peuplé, sans doute liés aux heures matinales qu'on avait. Huit heures… Mieux vallait être ainsi bien couvert, pour les quelques étrangers qui se déplaçaient, tranquillement à pieds ou sur leur chariots, en direction de la ville de Port Ferox. Port Ferox était la dernière étape avant le long voyage vers Valm… C'était peut-être l'une des villes les plus importante du continent Ylissiens, et ainsi, Port Ferox jouissait de très bonnes relations avec les différents Royaumes de Valm. Ainsi, il n'était pas rares de trouver des Valmiens, installé à Port Ferox, que cela soit de manière temporaire, voir même définitive ! Surtout que les Feroxiens n'étaient guère les meilleurs commerçant du mondes, donc… Mieux valait parfois commercer qu'entre Valmiens. Mais bref, bien loin de toute ses agitations urbaines, la campagne, elle, jouissait d'une grande tranquillité…

« Nooon ! On… On peux discuter ! »

Oh ! Ce n'était pas si calme finalement… Regardons la scène… Vous comprendrez très vite que celle qui venait de parler était la jeune diplomate Cadfaëlle Tremeyre. Diplomate Rosanienne, de Valm donc… Que faisait-elle à Regna Ferox ? Et bien, la jeune demoiselle était partit voyagée pour découvrir les autres contrées. Son but était avant tout Astria, la capitale de la Paix, comme on l'appelait. Pour une pacifique comme elle, c'était sans aucun doute la plus belle ville du monde ! Mais pour le moment… Et bien, elle avait devait passé par Regna Ferox. Le peu de connaissance faisait qu'elle savait que c'était une région de combattant, guerrier… C'est pour cela qu'elle montrait bien son épée de bronze, et avait plutôt forcé sur ses traits masculins. Elle ne voulait pas avoir de problèmes, avec son pacifisme… Cependant, cela n'avait pas suffit. Alors qu'elle avait approché un petit bosquet, elle s'était presque fait attraper par le bras, puis le second bras, empêchant de dégainer, et surtout, la rendant complètement à la mercie des deux hommes, un gros hommes plutôt grand, à l'air bêta et pas méchant, et un autre, tout fin, mais l'air beaucoup plus vicieux, et content d'avoir une proix. Le grand bêta déclara, tout sourire, en voyant ce qu'il venait d'attraper :

« eh… eh… ?! C'est une fille ou un garçon ?
-Je t'ai dis de te concentrer sur le fait qu'on travaille. Arrête de parler, tu es trop bête.
-Oh...
-Je n'ai pas d'or !! Mais je viens d'une grande famille, ne me tuez pas... »

Tout de suite, le brigand le plus fin, que ça soit physiquement, qu'intellectuellement, se tourna vers Cadfaëlle, qui se dit très rapidement qu'elle avait été extrêmement stupide sur le coup. Elle venait de lui donner une raison de continuer à la garder… Bon, après, c'est vrai qu'elle avait peur de mourir. Damn ! Elle n'aurait pas pensé du tout qu'elle se serait fait agressé ! Elle montrait bien son épée ! Puis, elle ressemblait à un garçon… Mais là, même si elle savait combattre, les bras tenus, elle ne pouvait rien faire… Damn. Elle était diplomate, mais elle savait que si elle en parlait à ses deux brutes, elle ne recevrait que des rires gras… Réfléchis Cad' !!! Réfléchis ! Se disait-elle ! Elle devait trouver un moyen de s'en sortir, sans y laisser trop de plume. Ce qui serait un comble pour une future écrivaine ! LOL ! Ouais, d'accord, je l'admet, elle était tout pourri celle là ! Mais bon, concentrons-nous un peu sur ce qui se passait… Ainsi, le fameux maigrichon intelligent, déclara à son acolyte, qui semblait triste :

« T'as entendu… ? Ca peux nous rapporter de l'argent…
-MAIS JE VEUX SAVOIR SI C'EST UNE FILLE OU UN GARCON !!! »

Ah ! Il n'avait pas abandonné sur ça, au grand désespoir de son compangon ! Visiblement, il était vraiment intrigué par ce personnage. D'un côté, il n'avait pas de poitrine, mais de l'autre, il avait les cheveux longs… Hors, ce n'était que les filles qui avaient les cheveux longs ! Quand un garçon se laissait pousser les cheveux, il devenait automatiquement une fille ! C'était comme la magie des mages qui faisait des boules de feu avec des bouquins ! Et bien, les cheveux, ça faisait le sexe ! Mais là, Cadfaëlle était un soucis dans ses théories scientifiques très avant-gardistes. Donc, il voulait une réponse claire et nette… Alors que son camarade, lui, s'en fichait comme de sa première chaussette, si c'était un garçon ou une fille. Si éventuellement, quand il allait écrire la lettre de rançon, destiné à la famille de son ou sa prisonnier/prisonnière. Mais ça, il aurait le temps de le faire plus tard. Là, il voulait rejoindre sa planque le plus vite possible, car il craignait vraiment que des vraies soldats arrivent, ou pire, des étranges qui auraient un coeur d'or, et qui voyant qu'ils étaient entrain de kidnappé quelqu'un, décide d'intervenir pour sauver leur proie… Et voir, leur oter la vie. Et ça, non.

Cependant, pour Cadfaëlle, elle voyait un moyen de s'en sortir, sans finir saucissonné, et comme otage -ce qui ne serait pas du tout terrible comme conclusion après son premier voyage hors de Valm-… Elle avait l'impression qu'elle devait plus se méfier de cette homme tout fin et fragile, que le grand costaud, car ce dernier ne semblait pas spécialement méchant. Qui sait, avec des mots simples, et quelques phrases, elle pourrait le convaincre à abandonner le combat.  Et bam. Si elle l'avait dans sa poche, elle n'aurait plus de problème avec l'autre maigrichons… Et ouais ! C'était ça le pouvoir des mots. Heureusement qu'elle était diplomate, elle avait apprit à gêrer ce genre de situation. Il fallait parfois, « diviser pour mieux règner », comme dirait le philosophe florentin Machiavel ! (Ouais, Machiavel a donné Machiavélique. Maintenant, vous savez pourquoi…). En tout cas, ainsi, la demoiselle commença à déclarer, pour continuer à jouer sur l'ambigueté de son sexe, tournant la tête vers le gros bêta, mais ainsi, montrant l'arrière de son crane au maigrichon (ce qui serait une erreur fatale, vous allez voir) :

« C'est une bonne question… Mais vois-tu, si tu me fais du mal, je pourrai pas te...
-Oh silence ! »

Alors qu'elle espérait que son plan allait marcher, le petit jeu fut remarqué par le fameux brigand plus intelligent… Et il comprit où voulait en venir la diplomate. Alors, une bonne fois pour toute, il donne un coup avec le manche de son couteau sur l'arrière du crane de Cadfaëlle. Tout de suite, la jeune diplomate, se prenant le coup sec et violent sur l'arrière du crane, tomba dans une petite période d'inconscience… Le Gros Bêta lança un regard attristée à son collègue. Ce dernier, soupirant, lacha Cadfaëlle, et ordonna à ce premier de faire de même. Ainsi, la jeune diplomate inconsciente s'écrasa lamantablement sur le sol, le chapeau allant voltiger un peu plus loin, allant même se reposer sur la route elle-même. Pendant ce temps là, le maigrichon intelligent déclara alors, particulièrement agaçé, les raisons de son acte, et pourquoi son camarade, stupide, devait ne rien dire et obéir à ses ordres. C'était pas compliqué pourtant ! Damn… Pauvre Cadfaëlle… Un mal de tête et un kidnapping… Voilà pour le moment ce qu'elle allait pouvoir se souvenir de son premier séjour hors de Valm. Un combat, quand on veux aller jusqu'à la capitale de la Paix, Astria… Enfin, si elle voit Astria un jour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 14:55

« Pegasus, c'est aujourd'hui. C'est aujourd'hui qu'on va pouvoir se lâcher un peu, j'espère que t'es prêt. »

Depuis un certain temps, j'étais sur la piste de deux mécréants. Je collectais les preuves, je récupérais les indices, je faisais tout ce qui pouvait m'avantager dans la quête de répandre ma justice. Premièrement, je devais faire en sorte que tous les bandits du coin me craignent. C'était la solution numéro une pour imposer le respect. C'était aussi le meilleur moyen pour récolter davantage d'informations plus tard. Cela dit, pour le moment, je ne pouvais qu'agir discrètement. Les rumeurs se répandront d'elles mêmes, comme toujours.

En tout cas, j'étais sûr de mon coup pour cette fois. Je pouvais les éliminer assez facilement, sans même avoir recours à Pegasus. Seulement, je n'avais pas le droit de m'accaparer tout le plaisir pour moi seul. Bien entendu, lui aussi pouvait avoir un rôle à jouer, bien que mineur. Cela lui permettra au minimum d'apprécier la vue. Quoi qu'il en soit, je lui avais dit d'attendre proche d'une des sorties du Port Ferox, après m'y avoir amené.

Oui, je savais parfaitement que ces deux individus adoraient zoner dans le coin. Tout ce que j'avais à faire, c'était d'attendre pour voir s'ils étaient toujours là, ou s'ils avaient déjà rejoint leur cachette pas si secrète. Me stationnant alors dans une ruelle sombre, je laissais monsieur le temps faire son travail. Il le faisait. Il le faisait. Il le faisait...Je m'étais endormi. Bon plan, parfait. J'étais le meilleur. Je le savais. Je me dirigeai donc dans la rue principale en face de moi. Personne. Plus aucune personne...C'était pourtant bien le port. LE PORT ! On m'avait dit qu'on y trouvait TOUJOURS des gens...On m'avait menti, encore ? A moi le nouveau champion ? Et moi qui croyait qu'un peu de respect était présent pour un titre tel que le mien dans ces quartiers...Il faisait nuit, certes, mais on y trouvait à peine un poisson ! Ah, si. Un chat faisait sa toilette là-bas. Sans savoir pourquoi, je m'étais mis à le suivre, lui qui partait en direction de Pegasus. Puis il s'arrêta, près d'un objet bleu.

Je m'approchais alors de cet étrange accessoire, m'ayant plus intrigué que l'animal. Plutôt qu'accessoire, je revis mon jugement, c'était un chapeau. Un peu commun par ailleurs. Ce n'était pas tout le monde qui pouvait s'offrir quelque chose de la sorte. Une marque assez noble de mémoire. J'avais étudié cela dans un livre parlant des hauts-faits de certaines personnes. En vérité, je n'en avais jamais vu un de mes propres yeux. Naturellement, je pris ce couvre-chef et le mit sur ma tête. Il ne m'allait pas, mais tant pis. C'était juste le temps de faire mon boulot du jour.

Je chevauchais alors Pegasus et me rendit à l'arrière du refuge des deux idiots, par la voie des airs. Prenant alors ma lance, je mis un gros coup sur la fenêtre arrière de la vieille cabane, en faisant attention de ne pas me faire repérer. Par contre, j'avais bien fait exprès de laisser mon ami bien en vu, histoire de leur attirer l’œil. N'importe qui aurait accouru pour voir ce qu'il se passait. N'importe qui, sauf un flemmard...En tout cas, eux, ils venaient à moi, droit dans mon piège. Tapi dans l'ombre, j'attendais que le premier vienne à moi afin de lui donner un énorme coup de la lame de mon arme longue.

Droit dans le torse… ? Non, ce n'était pas ça. Ce type, il n'était pas si faible après tout. D'un incroyable réflexe, il avait réussit à esquiver mon attaque. Les deux bandits reculèrent en sautant.

« Dis, tu crois que c'est son copain ? »

Son ami ne lui avait pas répondu. Ou alors, tout cela ne m'intéressait guère et je ne pris pas la peine d'entendre la suite. Intérieurement, je trouvais cela fort amusant. Du deux contre un, avec une arme qui me désavantageait. Seulement, ce n'était même pas un jeu pour moi. Non, loin de là. J'avais déjà un plan tactique, si on pouvait appeler ça comme ça, en tête. Le plus musclé des deux, il était le cerveau. Quand je dis cerveau, je dis que sans lui, l'autre ne valait rien. Sans la main d’œuvre nécessaire, un projet ne restait qu'un projet.

Je sautai alors en arrière une fois, puis une deuxième fois pour chevaucher à nouveau Pegasus. Celui-ci s'envola dans les airs, virevolta gracieusement tout en prenant un peu plus de hauteur pour pourfendre l'air avec agilité, en descendant droit sur le plus petit des deux. En un éclair, ma lance transperça sa poitrine, ce qui freina la course du cheval ailé. Par ailleurs, je me reposais au sol en bondissant du dos de Pegasus, tout en retirant la lame de mon arme pour venir faire une attaque frontale, verticale et puissante avec une grande rotation vers le second brigand.

Ma proie. Oui, c'était bien ma proie. Même s'il avait paré cette attaque, je ne lui laissais pas le temps  d'attaquer que mon assaut commençait. Il arrivait tout juste à parer et esquiver de justesse chacune de mes frappes. Cependant, je le pris par surprise. La danse de la Guerre. Faisant un tour sur moi-même, je pris de l'élan pour gagner en énergie cinétique, et à l'aide d'une frappe technique et précise sur un point de sa jambe gauche, je le fis trébucher sur le côté. Sans attendre, je fis un saut cloche pied vers son torse, puis embrochai son crâne avec le bout de ma lance, d'une façon élégante, comme si j'étais sur un cheval.

Voilà, c'était fini pour eux. Je relevais alors la tête, et aperçus une ombre à l'intérieur de la bâtisse en bois. Ils n'étaient pas uniquement deux, les salops. Entrant alors discrètement par la porte de devant, je remarquais quelque chose d'assez étrange. La personne qui était là n'était pas libre de ses mouvements. Attachée sur le lit, chacun de ses membres en une extrémité à vrai dire, quasiment dénudée...Du moins, seul le sous-vêtement bas était encore sur elle...Bref, je les avais interrompu dans une certaine pratique qui m'était inconnu. Peut-être une prière, un hobby de la personne attachée ou même un rituel magique...Je n'en savais rien, mais je ne pouvais pas me permettre de libérer la dame. Oui, on voyait quand même les formes.

Je m'assis sur la bordure du lit, au niveau du torse de la demoiselle, baissais légèrement le chapeau sur ma tête pour y créer de l'ombre sur mon visage, et attendais sagement son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 16:02

Ce ne fut absolument pas difficile pour le brigand le plus costaud, de soulever le corps frèle de Cadfaëlle pour le mettre sur ses épaules. C'est ainsi que les deux partirent alors pour l'amener tranquillement jusqu'à leur planque. Là bas, ficelé et bâillonné, elle pourrait attendre la rançon, ou la mort tranquillement. C'était la première fois qu'il faisait un kidnapping… En même temps, c'était la première fois qu'il avait un noble… Bon, il était temps de rentrer discrètement, et efficacement au repère… S'ils se faisaient choper, surtout avec la noble sur son dos, ils auraient tout les deux des ennuis… Après, cela faisait longtemps qu'il avait prévu, que le jour où ils se feraient chopper par les troupes armées de Regna Ferox, il dirait que la brute avait agit seul. Comme ça, il s'en sortirai sans problème ! Ouais… Visiblement, ce brigands ne connaissait pas vraiment les techniques habituels des Soldats de Regna Ferox. Une règle chez eux ? Premièrement : On frappe. Deuxièmemement… On en remet une couche. Ouais. C'est ça la diplomatie feroxienne. Ainsi, les deux rentrèrent à leur repère.

Pendant que le plus intelligent était entrain d'écrire la lettre, c'était le moment pour monsieur notre bêta, de vérifier ! Attachée au lit, elle ne pouvait pas s'enfuir… Puis de toute façon, elle était évanouie… Donc qu'importe ! Alors, il commença à la dénuder. Sans faire exprès, il arracha le ruban léger qui tenait ses cheveux en queue de cheval, les libérant alors. Il remarqua les longs cheveux blonds… Donc fille ! C'était une fille. Cependant, la poitrine était pas normal. Il retira alors le haut de la demoiselle, l’abîmant particulièrement, car la délicatesse n'était pas du tout son habitude. Sous ce haut, encore une couche, ce qui agaça particulièrement le colosse, qui la retira à son tour… Ouais ! Elle avait une poitrine. Mais une petite. Donc, ça ne comptait pas peut-être. Le pantalon fut à son tour retirer. Il regardait alors l'ensemble… mmh… Cela semblait plutôt sûre maintenant : Il avait affaire à une demoiselle. Il était bien content ! Son interrogation était légitime, et donc, les cheveux étaient visiblement quelque chose de plus fiable pour savoir si c'était une fille ou garçon que la poitrine. Fier de cette connaissance, il se leva, et s'apprêta à aller manger, laissant la pauvre diplomate quasi-nue, quand soudainement, il entendit :

« Quelqu'un approche bêta ! Vient !
-Dis, tu crois que c'est son copain ? »

Notre maigrichon préféra ne rien dire, sinon, il aurait étripé son collègue… Il était souvent content d'avoir retiré ce débile profond de l'orphelinat, car il était fort et utile… Mais dieu qu'il était stupide. Devant cet homme inconnu -peut-être un garde du corps de cette noble, ce qui expliquerait le pégase-, il fallait se battre. Ainsi, il avait sortit son couteau, et était prêt à se battre… Cependant, son adversaire ayant un pégase, c'était beaucoup plus compliqué pour se battre. Surtout que son couteau ne lui donnait pas particulièrement d'avantage pour le moment. Bon. De toute façon, son idiot de collègue devrait le protéger un petit moment… Quand soudainement, au moment où il s'attendit le moins, il remarqua qu'il n'avait pas affaire à quelqu'un qui respectait les règles, où qui était particulièrement dans les codes de l'honneur : En effet, ce fut lui qui se fut attaquer en premier. Surpris comme cela, il ne put rien faire quand la lance de bronze arriva vers sa poitrine, à part pousser un couinement de surprise, la lance traversa sa poitrine, telle un couteau qui traverse une motte de beurre (salé.)

Devant la mort de celui qui avait été presque un père à ses yeux, notre gros bêta poussa un hurlement : Il allait DETRUIRE cet homme. Et faire en sorte qu'il n'en reste littéralement plus rien. Mais quand je dis plus rien, c'était bel et bien plus rien. Il para alors le premier coups, et s'apprêta à attaquer… Le problème, c'est que sans son collègue, ses coups devenaient totalement imprécis, brutaux, presque bestiaux… Des coups qui n'avaient donc très peu de pouvoirs, que de la puissances… C'est ainsi qu'avec le jeu rusé de son adversaire, il ne put rien faire : Basculant, il ne put qu'apercevoir la lame s'approchant dangereusement de son crane : C'était la fin : il n'avait aucune chance d'éviter cela… Devant cela, il pensa presque à ses camarades, à l'orphelinat. A son père adoptif, là, mort lui aussi, qui avait, malgré un caractère détestable et un comportement horrible, avait quand même pris le soin de s'occuper de lui… Il… Il allait mourir… ? Oui. Il allait bel et bien mourir. La lame tranpersa son crane : C'était bel et bien fini pour lui. Mau… Mau… Maudite fille…
~ ~ ~ ~ ~

Dans les vapes, Cadfaëlle reprit peu à peu conscience. Ouille sa tête… Elle se souvenait d'être dans le bosquet, et qu'on avait tenté de la capturer… Elle tenta de bouger ses membres… Elle ne pouvait pas… Qu’est-ce qui se passait ? Elle savait pas trop… Combien de temps était-elle resté dans les vapes ? Elle n'en n'avait aucune idée. Il y avait très peu de lumière, ce qui faisait qu'elle voyait très mal ce qui se passait. Outch… Sa tête lui faisait mal… En même temps, elle était quand même contente de s'être prise le manche du couteau. C'était quand même plus agréable que le couteau en lui-même. Mais bref… Où était-elle ? Sans doute dans l'antre des bandits… Damn… Capturée… Ses parents allaient la tuer quand ils auraient payer la rançon. Elle savait qu'elle ne risquait rien, ses parents allaient accepter de la sauver… Mais quand… Enfin… Quand on voulait être une diplomate, et qu'on se faisait capturer, comme ça, dans son premier voyage hors de Valm… Cela ne faisait pas du tout sérieux.

Quand soudainement… ? Elle remarqua quelqu'un… Il y avait quelqu'un au dessus d'elle… Qui était-ce ? Elle n'en savait rien. Dans sa tête, encore dans les brumes, elle espérait que c'était quelqu'un qui allait l'aider… Mais c'était peu probable. Après tout, elle était quand même attachée, elle le sentait. Donc, c'était plus probablement un ennemi. Elle regarda. C'était un jeune homme, beaucoup plus jeune que le maigrichon qui l'avait capturé :

« Mon chapeau… ? »

Oui, elle pourrait le reconnaître entre mille : Son chapeau était une pure création de Rosanne… Elle tenait beaucoup à son chapeau. C'était l'un des principaux soin de son apparence. Avec le joli ruban blanc qui ornait ses cheveux, les mettant en queue de cheval. D'ailleurs, elle remarquait qu'il n'était pas présent, ses cheveux étaient libre… Libre… ? Comment cela ? Elle se regarda un peu… Et puis, elle eut un énorme choc. Elle comprit pourquoi elle avait particulièrement froid. Elle était… Presque intégralement nue… Oh mon dieu !!! Avec un homme… ! Juste au dessus d'elle ! Qui pouvait tout voir ! Mon dieu… Elle eut un énorme choc, et tout d'un coup, agita ses bras, comme ses jambes, pour tenter de couvrir sa pauvre poitrine à l'air libre, ou fermer ses jambes. Mais impossible, elle était trop solidement attachée… Elle se rappela alors juste après l'homme qui était à ses côtés… Oh mon dieu… Il n'attendait sans doute que, seulement, qu'elle se reveille !! Non ! Non ! Elle cria presque, affolée :

« … MON DIEU ! Par pitié !!! Monsieur, je… Je ferais ce que vous voulez… !! »

Cette homme était… Etait peut-être un brigands ? Comme les deux autres ? OH MON DIEU ! Non ! Non ! Elle ne voulait pas ! Elle… Elle était trop jeune pour ça ! Et de sang noble ! Il ne pouvait… Non ! Portant triomphalement son chapeau, comme si c'était la preuve qu'elle lui appartenait -oui, notre chère Cadfaëlle avait peut-être lu trop de mauvais romans de gares quand elle était petites, un peu comme Sumia-, elle ne pouvait rien faire, elle était attachée… Elle devait faire la seule chose qu'elle savait faire : la Diplomatie. Elle devait arriver à trouver un accord avec cette homme pour qu'elle ne finisse pas… Gloups. Elle n'osait même pas imaginer. Qui était ce brigands ? D'où venait-il lui ? Pourquoi il n'avait pas été avec les autres… OH MON DIEU ! Si ça se trouve tout était prévu depuis le début !!! C'était le commanditaire ! Oui ! C'était le commanditaire ! Le commanditaire de ce kidnapping ! Nonononononon ! Elle ne voulait pas ! Par pitié ! C'est d'ailleurs ce qu'elle déclara :

« Pitié… ! »

Elle avait vraiment peur. C'était une peur qui paralysait tout son être… Une peur… Qui l'empêchait de faire quoique ce soit, de bouger ses membres… En même temps, attacher, elle pouvait pas faire grand-chose de toute façon… Qu'allait faire cette homme ? Elle avait encore, très très faiblement, un léger espoir qu'elle soit libérée par cette homme… Mais il était là. Sa présence dans la cachette des brigands ne voulaient dire en théorie qu'une chose : il était très certainement dans le camp de ses derniers… Sinon, comment aurait-il put arriver jusque là.. ? Elle n'imaginait même pas la possibilité qu'il ait tué tout les autres, enfaîte, pour tout dire. Mais passons sur ce point. Nue, attachée, elle était sans défense face à cette homme… Qui maintenant, avait presque tout les droits. Qu'allait-il faire ? Elle devait le convaincre de rien faire… Mon dieu. Elle voulait partir de Regna Ferox. Vite ! Très vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 18:19

Elle en mettait du temps pour se réveiller. A force d'attendre, j'allais finir par partir en la laissant dans cet état, pour morte. Encore dix minutes, je lui avais donné dix minutes pour qu'elle sorte de son état évasif. Dix minutes...C'était peut-être trop. Je m'étais endormi, dans cette position. Assis, près de la demoiselle, sans bouger, sans faire un bruit, les bras croisés. Je fus tiré de mon sommeil par le cri de terreur de la dame. Terreur ? Je faisais si peur que cela ? Qu'avais-je fait de si terrible à part tuer deux pauvres bandits de sang-froid ? Elle avait fait un cauchemar, c'était la seule explication que j'avais trouvé.

N'empêche que je m'étais difficilement réveillé sur le coup. Levant d'abord mon œil droit qui en vint rapidement à être mi-clos, frottant ensuite frénétiquement mes paupières pour tenter de réveiller mon esprit, je relevai un peu le chapeau pour y dévoiler entièrement mon visage. Pour dire vrai, je n'avais pas tout à fait porté mon attention à ce qu'elle pouvait délirer. J'étais trop occupé d'essayer de ranimer totalement mon corps. Me tournant alors pour faire face à la personne à la longue chevelure blonde, je lui adressais quand même quelques mots, avec un visage encore à moitié endormi.

« Enfin réveillée... ? Alors...Excuse moi d'avance. »

Même si elle était attachée, je ne pouvais prendre le risque de la détacher encore. Il fallait que j'inspecte si elle ne cachait pas des armes sur elle dans un premier temps. Je me penchais alors légèrement vers elle, et dans la plus pure des innocences, je vins à trifouiller entièrement son corps frêle. (Ne venez pas à croire ce que vous croyez, Shaporo est pur à ce niveau là. Il n'a juste aucune timidité, et ne connaît rien en la vie. C'est tout.) Bien évidemment, aucun endroit n'y échappa, hormis l'intérieur des orifices. Cependant, à l'extérieur, réellement tout y passa, même entre les jambes. Sans rougir et même sans aucune honte, je me rassieds au même endroit que tout à l'heure.

« Il ne semble pas que tu aies une lame sur toi...T'es pas avec eux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 19:04

Attendez… Il dormait ? Cela, de suite, réduisait beaucoup les craintes de la jeune diplomate. Cela le rendait moins effrayant, bien plus comique… Même si cela ne changeait pas le fait que pour Cadfaëlle, elle était toujours intégralement nue, sur un lit, avec quelqu'un qui la regardait… Et encore pire, qui avait son chapeau sur sa tête ! Visiblement, il comptait bien faire d'elle sa possession… Mon dieu, peut-être était-ce un exclavagiste ? Est-ce que l'Esclavage était interdit à Regna Ferox ? Elle n'en savait rien, mais elle n'était pas sur… Mais quoiqu'il en soit, il allait donc peut-être tenter de la jeter en esclavage… Non ! Il allait sans doute faire d'elle son esclave… Elle était une noble. Elle ne pouvait pas tomber en esclavage. Puis, elle était une Diplomate ! Rosanne la défendrait… Non. Virion était trop lache. Le duc la lacherai, puis sa famille l'abandonnerait… Mon dieu ! Non, Cad', pensa-t-elle. Elle devait rester calme. Concentrée… Elle regarda alors le jeune homme, qui ne devait guère être plus vieux qu'elle, au final, qui déclara :

« Enfin réveillée... ? Alors...Excuse moi d'avance. »

Que… Qu'allait-il faire ? Là, de suite, la peur revenait… Encore plus quand elle sentit la main contre sa peau ! Elle sursauta presque… Et la main commença a voyager sur son corps… C'était… Horriblement gênant. Il était littéralement entrain de faire tout son corps, n'ayant aucune pudeur. Cependant, il n'y avait aucune volonté de profiter de l'expérience : Non, il faisait ça, comme on fait un contrôle de routine dans un aéroport (sauf que heureusement, dans l'aéroport, vous conservez la majorité de vos vêtements quand même). Mais cela n'empêchait pas pour la jeune demoiselle de se sentir extrêmement gênée. Il passa ses mains sur sa tête, ses épaules, sa poitrine, et même ses jambes, et les endroits plus intimes de son corps… C'était… Ouah. Elle ne savait pas quoi dire, mais il pouvait sentir sous sa main qu'elle tremblait quand même quelque peu. Comme si elle avait peur que tout d'un coup, le démon se réveille en lui, et abuse de sa pauvre personne. Mais cependant, heureusement, le passage des mains eut une fin, et celui qui alors avait profité pour toucher la pauvre demoiselle déclara, le plus naturellement du monde :

« Il ne semble pas que tu aies une lame sur toi...T'es pas avec eux ? »

« Mais… mais… Je… Enfin.. ; »

Qu'est-ce que cette histoire… ? Il… Il venait de la fouiller si elle n'avait pas d'arme… DUDE. ELLE ETAIT NUE. ELLE NE POUVAIT PAS CACHER d'ARME ! Sauf dans sa culotte. Mais comment aurait-elle fait ? En tout cas, elle était encore sous le choc, après ce qui venait de se passer… En même temps, si elle s'était attendue, depuis qu'elle était nue, au fait qu'on allait sans doute tenter de profiter de son corps… Elle ne s'était pas du tout attendue, mais alors pas du tout attendue à qu'on dise cela… Il cherchait une lame… ? Sa lame de bronze était avec ses vêtements, dont elle ne savait absolument pas où ils étaient d'ailleurs… Mon dieu ! Pourvu que cette homme, ou les brigands, elle ne savait pas qui était responsable de son nudisme, n'avait pas détruit ses vêtements. Heureusement, elle avait beaucoup de tenues de rechanges dans son sacs, mais quand même ! Elle appréciait particulièrement ses tenues, montrant le chic et l'élégence de Rosa… Attendez !!! Elle n'avait pas le temps de penser à cela !!! Elle devait répondre à ce fameux jeune homme !!!

« Non. Je suis… Communément ce qu'on appelle une otage. Une prisonnière. »

Elle ne comprenait pas… Il était… Enfin… C'était évident ! Elle était capturée, nue, attachée… Comment pouvait-on penser, quand on avait un minimum de jugeotte, et je dirais même, au risque d'être vulgaire, un minimum de cervelle dans le ciboulot… QUE CETTE DEMOISELLE FAISAIT PARTIT DU COMPLOT ? En pensant que c'était un piège, et que la demoiselle était attachée pour mieux permettre à la personne de tomber dans le piège. Oui, c'est une possibilité. Mais quand même, on peux supposer qu'elle est quand même très faible. Et faudrait dire que la jeune demoiselle, bien qu'elle soit une diplomate, soit une excellente actrice. Mais quand je dis excellente actrice, là, c'est l'Oscar du Meilleur Second Rôle féminin qu'elle peux viser ? Pourquoi second rôle ? Car sur le forum, il y a Lucina, et quand même. Cadfaëlle pouvait pas aller jouer au jeu genre : je suis plus importante que Lucina. Mais bref ! Retournons un peu à notre sujet, et à notre sérieux, car c'est pas bien les digressions.

« Ils… Ils sont partis… ? Vous… Vous pouvez me libérez… Enfin, ça me gène… D'être… Enfin, nue quoi... »

Elle savait pas du tout les volontés de cette homme. Mais elle espérait qu'il comprenait qu'elle n'était pas du tout dans le camp de ses brigands… Brigands, dont, vous remarquez, elle n'imaginez pas la mort. Elle les pensait encore en vie, dans le cas où il aurait disparu, simplement partit… Elle voulait juste être libérée, et repartir très vite de cette contrée de barbare. Et si elle pouvait préserver… Non. Elle ne devait pas penser à cela. Cette homme ne semblait pas lui vouloir du mal sur ce point. Donc, elle était plutôt safe sur ce point. Mon dieu… Elle avait imaginée des complications, pendant le voyage qui allait sans doute être assez long, entre Valm, enfin Rosanne, et Astria… Mais alors, elle n'avait pas du tout pensé que cela allait si loin ! Des brigands, elle pensait que l'épée à sa ceinture, et le fait de se passer pour un homme aurait été suffisament… Elle avait eu la preuve, que non, ce n'était pas suffisant. Maintenant, elle espérait que Shaporo, bien qu'elle ne connaissait toujours pas ce nom, donc, on ne peux pas trop l'utiliser, allait être gentil… Par pitié… Libérez-là… Elle était innocente, elle ne voulait pas finir comme ça… Pitié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 19:59

Elle méritait un oscar. Elle jouait parfaitement bien la comédie, bravo à elle. Si je pouvais lui donner une médaille, je le lui aurais passé avant d'en finir. Une personne étant dans le refuge que j'ai inlassablement observé durant...Je portais un léger regard vers le chapeau, puis vers la demoiselle. Je me levais, ouvris la porte et la refermai derrière moi. Pegasus était toujours là, à attendre. Lui adressant alors un léger sourire, je passais devant les deux brigands pour leur voler leur argent. Par la suite, j'annonçais quelques démarches à suivre, pour mon ami.

Prendre les corps, les cacher ou les manger, ce qu'il souhaitait en fait...Du moment qu'ils disparaissaient à jamais. Même si ces individus n'étaient que de simples mécréants dont leur mort serait pour le mieux, je ne voulais pas entacher ma réputation encore saine de Champion. Si on apprenait que le nouveau Champion a pour passe-temps de commettre quelques tueries dans le coin, ça pouvait vite devenir embêtant. Suite à cela, je m'accroupis devant la flaque de sang laissée par les sous-merde pour réfléchir quelques minutes. Je soupirai, et entrai de nouveau à l'intérieur, lance à la main.

Je m'avançais rapidement vers la demoiselle, puis approchais ma lame de son visage, pour finalement passer derrière celui-ci, afin de couper les liens qui la retenaient prisonnière. Du moins, juste le haut pour le moment. Ce qu'elle disait était plausible une fois que j'y avais réfléchi. Je ne l'avais jamais vu avec ces types, bels et bien morts maintenant, elle semblait pouvoir être d'une certaine valeur marchande en tant qu'esclave et ce chapeau lui appartenait certainement. Quand elle se disait otage, elle ne mentait peut-être pas. Peut-être. Je faisais encore difficilement confiance aux gens, surtout si ces-derniers ne me connaissaient pas, ce qui était le cas. Elle aurait immédiatement su qui j'étais si elle était du coin. La tête d'un Champion ne s'efface pas aussi facilement de l'esprit de quelqu'un. En tout cas, je pouvais lui accorder le bénéfice du doute.

« Ça te gêne tant que ça ? Ton corps est loin d'être hideux au point d'en avoir honte. Je trouve même que tu en as un magnifiquement formé, m'enfin bon...Je ne peux pas encore te laisser partir. »

Un corps magnifiquement formé, oui. Une constitution plus que suffisante pour être admise en tant qu'esclave de haut rang. Quoi qu'il en soit, je ne pouvais pas me permettre de garder mon arme trop près d'elle. Il suffisait que perde le contrôle une seconde pour que ma propre lame soit recouverte de mon sang. Pour le coup, je posais ma lance en long sur le sol, à un endroit hors d'atteinte pour la demoiselle, mais qui l'était donc pour moi.

« Juste une chose, n'essaye pas de te détacher les jambes, de t'enfuir ou de me neutraliser, tu n'aimerais pas un coup à la poitrine. »

Le coup à la poitrine rendait toujours la personne mal à l'aise, lui donnait le souffle court, ce genre de chose. C'était le plus efficace pour calmer quelqu'un, pour moi. Bref, une fois ceci dit, il fallait que je me renseigne un peu. Mais avant cela, je pris le chapeau de ma tête, et le mis sur la sienne.

« Je te le rends, il te va mieux qu'à moi après tout. Et donc, je vais procéder à un intérogatoire. Je ne peux pas être complètement sûr que ce que tu dis est vrai. Et même si cela s'avérait correct, je ne peux pas savoir si toi-même tu n'es pas une bandit venu d'un certain endroit. »

Je soupirais. Je faisais mon sourire habituel, triste, étrange, un sourire qu'on ne peut aimer regarder, mais qu'on ne peut se lasser de le faire. Je fixais ensuite la dame.

«  Pour commencer...Je suis Shaporo. Libre à toi de me croire, ou non. Quel est donc ton nom, étrangère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 20:57

Il… Il l'abandonnait ! Elle regarda avec des grands yeux d'horreur l'homme partir. Certes, elle était rassurée du fait qu'elle ne serait donc pas abusée par cette homme… Mais elle ne voulait pas rester attacher ici, sur ce lit… Hors de question ! Non, non ! Elle ne voulait pas rester là, comme ça, attacher… Combien de temps il lui faudrait pour se libéré… ? Surtout qu'elle était dans une zone qu'elle ne connaissait absolument pas ! Donc, bonne chance pour se retrouver… Plus, il était plus que probable que quelqu'un passe avant qu'elle n'arrive à se libéré, et là… Ca serait fini de sa vie. On lui volerai ses affaires, et sans doute qu'elle serait égorger… Bon dieu, elle aurait du faire en sorte de ne pas arriver à Regna Ferox… C'était très certainement un pays de barbare, et certainement un pays qui lui voulait du mal. Enfin, peut-être pas à elle, particulièrement… Mais bon ! En tout cas, ses craintes s'appaisèrent quand finalement, le fameux personnage revint, sans rien de spécial. Il jetta son arme, ce qui fit sursauter la diplomate, et s'installa de nouveau à ses côté, déclarant calmement :

« Ça te gêne tant que ça ? Ton corps est loin d'être hideux au point d'en avoir honte. Je trouve même que tu en as un magnifiquement formé, m'enfin bon...Je ne peux pas encore te laisser partir. »

Elle rougit. Elle ne s'attendait pas à ce compliment… Et surtout, elle commençait à avoir peur. Enfin, commencer… Elle avait peur depuis un moment, donc, il était difficile de dire qu'elle commençait à avoir peur. Au contraire, elle avait peur depuis un moment déjà. Mais là… Pourquoi elle ne pouvait pas partir ? Et surtout, pourquoi il revenait comme ça ? Etait-ce les chaines de son esclavage qui approchait ? Oui, ça y est ! Il allait lui mettre un collier, et des chaines par dessus, et elle allait devoir le suivre. Mon dieu… Et s'il refusait de la laisser s'habiller ! Oui, je sais, la peur paranoaïque de notre demoiselle ressemblait plus a un délire fantasque, qu'autre chose, mais passons sur ce point. L'homme alors, tranquillement, commença à détacher la demoiselle. Elle allait de nouveau être libre. Ouf, ce qu'elle pensait était visiblement faux, elle allait bientôt pouvoir se rhabiller et quitter cette endroit horr… Attendez… Elle se rappelait des mots de l'homme… Donc, cela ne voulait rien dire, elle allait quand même devoir rester libre. Mais au moins, le haut de son corps était maintenant libre.

« Juste une chose, n'essaye pas de te détacher les jambes, de t'enfuir ou de me neutraliser, tu n'aimerais pas un coup à la poitrine. »

Elle se contenta de hocher vivement de la tête… Visiblement, elle était encore loin d'être libre… Mais visiblement, sa vie était safe pour le moment. Puis, elle avait retrouvé la mobilité de ses bras… Perdant le peu d'intimité qu'elle avait encore, elle s'étira alors, pour permettre à ses bras endoloris, de retrouver leur vigueur. Elle n'était pas fière de bomber sa poitrine, comme ça, devant cette homme, mais bon… Ses bras lui faisaient quand même mal, alors tant pis. Puis, il avait déjà, elle avala sa salive, touché à tout… Bref, elle comprenait qu'elle allait encore avoir les jambes attachée au lit un petit moment, et elle supposait que c'était peu probable qu'elle ait voit leur liberté d'ici très bientôt. Sauf si elle rusait. Mais bref, en tout cas, elle était au moins, à moitié libre. Quand soudainement, elle vit l'homme retirer le chapeau de sa tête, et lui remettre dessus. Son chapeau ! Elle y tenait énormément. Bon, cela ne faisait pas terrible avec les cheveux aussi… Comment dire… Disons, peu ordonné, étant donné qu'ils n'étaient plus coiffé soigneusement en queue de cheval, mais au moins, c'était déjà ça .

« Je te le rends, il te va mieux qu'à moi après tout. Et donc, je vais procéder à un intérogatoire. Je ne peux pas être complètement sûr que ce que tu dis est vrai. Et même si cela s'avérait correct, je ne peux pas savoir si toi-même tu n'es pas une bandit venu d'un certain endroit. Pour commencer...Je suis Shaporo. Libre à toi de me croire, ou non. Quel est donc ton nom, étrangère ? »

« Cadfaëlle. Cadfaëlle Tremeyre. Deux « L », « E », comme tu peux voir. »

Elle préférait préciser, car il était probable qu'il entende l'inverse, quand elle fera sa diplomatie, à Regna Ferox. Couvrant sa poitrine a l'aide de ses deux mains, elle tentaient de cacher le mieux qu'elle pouvait son corps. Quand même, cela était gênant… Bon, elle supposait qu'elle ne devait rien lui cacher, si elle voulait sa libertée. Cela était tant mieux : Elle ne comptait pas lui cacher quoique ce soit : Tout ce qu'elle voulait, c'était retrouver sa liberté, et partir de cette endroit sordide, qui n'était franchement pas agréable du tout ! En tout cas, donc, cette homme s'appelait Shaporo… Elle n'en n'avait jamais entendu parler, et cela ne sonnait pas comme les noms de Rosanne, et encore moins comme les noms de Chon'Sin, autre nomastique qu'elle avait l'habitude, comme elle avait vêcu quelques années à la cours de Chon'Sin. Donc, du nom de « Shaporo », elle ne pouvait littéralement rien n'en tirer, sauf le fait que maintenant, elle pouvait l'appeler par son nom… Ce qui était quand même un plus non négligeable. En tout cas, quoiqu'il en soit, la demoiselle déclara, toujours dans le but de lui montrer qu'elle était dans son camp :

« Je suis diplomate Valmienne. Je viens de Rosanne. Je représente aucun danger pour votre nation, au contraire, même. Nous autre diplomates, travaillons pour la paix. »

Elle expliqua, un peu comme si elle croyait que le fameux Shaporo n'avait aucune idée de ce que c'était… Non, ce n'était pas ça. Elle expliqua, car elle était particulièrement fière du fait qu'eux, diplomates, étaient bien souvent les responsables pour la paix. Les rois et empereurs étaient responsables de la guerre, eux, ils étaient responsable de la paix. Et cela… Cela faisait extrêmement confiance, cela boostait leur orgueil ! Et donc… Cela jouait beaucoup sur leur caractère. En tout cas, avec ce qu'elle venait de dire… Il n'y avait que peu de risques, maintenant, qu'il pense qu'elle soit un ennemi. M'enfin... Elle avait dit son nom, son origine, et son métier. Et même ses buts ! Alors, que demander de plus ? En tout cas, elle donna une nouvelle déclaration, avec une voix plus douce, quelque peu craintive, pour tenter de le mettre dans son camp :

« Je suppose que je peux faire une croix sur mes vêtements pour le moment… ? »

Elle déclara ça, dans l'espoir que ça lui rappelle qu'elle était nue, et ainsi, qu'il accepte de la libéré pour qu'elle puisse aller s'habiller. Vous savez, c'est de la psychologie inversé… m'enfin, vu le personnage, cela pouvait se retourner contre elle, vu qu'il pourrait décider que visiblement, elle avait accepté de ne pas retrouver ses vêtements, et la laisser nue. Mais bon, cela, seul l'avenir nous le dire ! Et l'avenir… C'est la réponse de Shaporo. Donc, ça va. C'est pas l'avenir, genre les extraterrestres tout ça. Bref, en tout cas, elle se demandait pourquoi Shaporo avait tellement envie de savoir tout cela… Etait-il un membre de l'armée ? Impossible. Jamais un membre de l'armée n'aurait fait ça a une civile qui était de manière évidente captive! Puis, elle espérait sincérement que dans ce pays, les Militaires n'avaient pas le droit de se permettre cela sur des civils ! En tout cas, la jeune demoiselle attendait. Mais bon. Les choses étaient quand même meilleurs qu'au début. Elle pouvait couvrir sa poitrine, et elle avait récupéré son précieux chapeau qui était intacte. Donc, au moins… C'était mieux que tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Ven 11 Sep - 21:56

Cadfaëlle Tremeyre… ? Étrange nom. Mais bon, en vérité, je ne pouvais véritablement critiquer cela, le mien étant encore plus unique. Je ne savais pas à quoi penser mes parents pour me donner un prénom aussi mystérieux, mais...Ils avaient dû éternuer sur le coup, et s'étaient dit que c'était plutôt cool. Quoi qu'il en soit, je n'avais pas encore la capacité de voir les sons, comme elle le présumait si bien. Je ne savais même pas comment ça pouvait s'écrire, hormis ce deux L puis un E. D'ailleurs, cette question était juste là pour que je puisse m'adresser autrement qu'en l'appelant demoiselle, miss ou « Hey toi ! ».

Le truc qui me dérangea un peu plus, c'était ce mot : « Diplomate. » C'était quoi, ce truc ? Un genre de hobby ? Quelqu'un qui donne un diplôme en fin d'année ? Je n'avais absolument aucune connaissance à propos de cette chose...Je m'étais même demandé si ça existait vraiment. Bref, en tout cas, je savais qu'elle était Valmienne...Mhm, belle information. J'allais appeler Pegasus pour qu'il fasse le dictionnaire, le temps que je la questionne. Il me semblait bien avoir déjà entendu ce mot par contre, cette fois...Ah, oui, c'était ça. Valm était un des royaumes pays ou machin chose régnant dans le monde.

En tout cas, elle affirmait qu'elle n'apportait aucun danger pour nous, Feroxien. J'y croyais moyen. Après tout, si c'était réellement le cas, elle ne l'aurait pas dit avec autant de, de, de...Voilà. Elle ne l'aurait juste pas dit. Souvent, les personnes viennent à mentir, surtout avec des phrases de ce genre, loin d'être mon cas par ailleurs. Par contre, travailler pour la paix, voilà quelque chose qui me parlait un peu plus. J'avais compris, avec ça. Un diplomate, c'était sûrement un mot pour énoncer ceux s'étant battu contre les ombres trois ans auparavant. Les « Héros » de ce temps. Cependant, elle semblait un peu jeune pour cela...Mais je ne pouvais nier ce fait. Elle était peut-être l'une de ces Héros. Je ne pouvais pas refuser cette possibilité juste à cause de son apparence, j'en étais plus que conscient.

J'eus un sourire amusé une fois qu'elle posa sa propre question. Vêtements, vêtements...Où étaient-ils sensés être déjà ? Tournant mon regard ici et là, j'en vins à les apercevoir. Je pris alors le soutien-gorge, du moins ce qui pouvait en être un, de la main droite, puis les autres habits de l'autre. Je m'avançais alors vers elle, puis lui tendis sa tenue complète avec un gentil sourire.

« Tu travailles dur, pas vrai ? Désolé, j'ai peut-être été un peu rude avec toi. Je suppose que je pourrais agir comme si tu étais quelqu'un d'ici, après tout, ou plutôt comme une personne normale. Tu ne sembles pas être une brigande ou quelque chose comme ça. »

Je portai alors brièvement mon regard vers ses jambes. Non, pas encore. Il fallait que j'en sois sûr, absolument sûr. Je ne savais pas du tout comment procéder. Je restais juste silencieux, la regardant alors. Sans le vouloir, penser qu'elle pouvait être une héroïne me rappela mon enfance. Est-ce que je voulais toujours devenir un Héros, au fond de moi ? Je n'en savais rien. Puis, avoir mon passé en tête raviva des souvenirs en moi, encore. Les mots sortirent d'eux-même. Je me détestais, j'étais beaucoup trop franc, trop direct, trop...Moi.

« Cependant, je ne peux pas te laisser être libre, pas encore. Tu sais, je n'arrive plus à faire confiance aux gens...Du coup, si tu es innocente, sincèrement, je suis désolé. Tu m'as dit ce que tu faisais dans la vie, je vais aussi te dire ce que moi je fais. Officiellement, je suis l'un des deux champions de Ferox. Je ne le suis pas depuis longtemps mais bon, ça me permet d'avoir un revenu stable, une place où loger et une activité...Saine. »

Je plongeai mon regard vers la porte. Inconsciemment, j'essayais d'apercevoir la flaque de sang à l'extérieur. Voilà, mon sourire habituel revint. Il finissait toujours par revenir. Ce visage si triste, si mystérieux. Je n'en avais pas marre, non. C'était juste automatique.

« Officieusement, je fais le tri. J'applique ma justice dans la nation de Ferox, ainsi que ses alentours. »

Je le regardais alors de nouveau dans le blanc des yeux. Puis, je posais alors délicatement mon poing sur sa poitrine.

« Alors...Tu excelles dans quel art ? Tu es une héroïne n'est-ce pas ? Ce ne m'étonne pas tant que ça. Après tout...Je t'ai déjà dit que tu avais un corps magnifique pas vrai ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Sam 12 Sep - 8:20

Bon. Même s'il n'avait rien dis sur le fait d'où était les brigands, elle était visiblement maintenant hors de danger. Cela faisait étrange, pensa-t-elle, de penser cela, quand on était encore attacher au niveau des jambes, et qu'on avait encore rien pour couvrir sa nudité, mais elle pouvait être assurer visiblement qu'elle était à l'abri pour le moment. Elle regardait, avec cependant encore une petite lueur de crainte qu'elle n'arrivait à masquer, le fameux Shaporo. Qui était-il ? D'où venait-il ? Pourquoi était-il si concentré sur le fait qu'elle était là ? Tant de questions, dont elle n'avait pas encore les réponses… Il lui manquait de nombreuses clefs, qui allaient être nécessaire pour tout bien comprendre… Et donc, elle devait restait particulièrement attentive. D'ailleurs, cela fit qu'elle avala sa salive avec difficulté quand elle vit le sourire de son interlocuteur, par rapport à sa remarque sur ses vêtements… Mais elle pouvait se rassurer. Le jeune homme allait chercher, tranquillement, les vêtements de la demoiselle, et lui tendit. Il ne restait que ses affaires (son sac, et la petite épée de bronze posé par terre, dans l'ombre), qui était encore loin d'elle. En donnant ses vêtements, il déclara :

« Tu travailles dur, pas vrai ? Désolé, j'ai peut-être été un peu rude avec toi. Je suppose que je pourrais agir comme si tu étais quelqu'un d'ici, après tout, ou plutôt comme une personne normale. Tu ne sembles pas être une brigande ou quelque chose comme ça. »

« Je comprends. »

Elle s'habillait tranquillement. Elle fut attristée quand elle plaça son haut, remarquant qu'il avait été abimé… Visiblement, c'était pas son déshabillement forcé, que son haut avait particulièrement souffert… Mais cela faisait plaisir, de se retrouver de nouveau habillé. Elle se sentait plus apte à discuter tranquillement avec quelqu'un. Oui, c'était souvent problématique de discuter avec queqlu'un quand on avait perdu tout ses vêtements. En tout cas, elle était contente qu'il reconnaisse qu'il avait été rude avec elle… Quand même. Elle avait été touché ! Cela était extrêmement gênant, presque dégradant pour tout dire ! Mais bon… C'était fini. Elle n'allait pas pardonner aussi aisément le champion de Ferox (même si elle savoir ce métier que dans quelques lignes) mais, elle ne devait pas s'énerver pour autant. Elle devait rester calme. Après tout, il pourrait aisément la rattacher au lit, s'il le souhaitait. Vous remarquerez, sinon, qu'elle ne remit pas son pantalon, l'installant seulement sur ses jambes… C'est aisé à devenir pourquoi : Elle ne pouvait pas mettre son pantalon, tant que se ses jambes restaient attachés. Donc, elle le posait seulement sur ses jambes. Elle fut sur le point de demander si ses jambes pouvaient être détachés, quand, comme s'il avait lu dans ses pensées, il déclara :

« Cependant, je ne peux pas te laisser être libre, pas encore. Tu sais, je n'arrive plus à faire confiance aux gens...Du coup, si tu es innocente, sincèrement, je suis désolé. Tu m'as dit ce que tu faisais dans la vie, je vais aussi te dire ce que moi je fais. Officiellement, je suis l'un des deux champions de Ferox. Je ne le suis pas depuis longtemps mais bon, ça me permet d'avoir un revenu stable, une place où loger et une activité...Saine. »

Champions de Ferox… ? Mmh… Elle ne savait pas, elle devait avouer, ce que c'était comme métier, mais visiblement… Cela était lié à l'armée intérieur du pays -ce que l'on appelle généralement plus communément la police ou plutôt la gendarmerie-. En effet, son métier faisait qu'il ne pouvait pas faire confiance aux gens. Elle comprenait dans un sens, mais si elle estimait qu'en théorie, sa situation aurait dut lui faire comprendre qu'elle était innocente de ce qu'elle avait fait. Mais passons sur ce point, elle n'allait pas lui dire ouvertement cela, cela serait, encore une fois, la manière façon de l'énerver. Donc, elle restait très attentive aux mots qu'elle disait. Peut-être encore plus que d'habitude. En tout cas, elle avait affaire, s'il ne disait pas de mensonge, à quelqu'un d'une basse classe social. Cela se devinait un peu à son manque de courtoisie et de manière, mais surtout, au fait qu'il disait que son métier lui permettait, je cite « un revenu stable, une place où loger ». Cela voulait dire donc, que visiblement, il n'avait pas de parents pour l'aider… mmh… elle écouta la suite des déclarations.

« Officieusement, je fais le tri. J'applique ma justice dans la nation de Ferox, ainsi que ses alentours. Alors...Tu excelles dans quel art ? Tu es une héroïne n'est-ce pas ? Ce ne m'étonne pas tant que ça. Après tout...Je t'ai déjà dit que tu avais un corps magnifique pas vrai ? »

« Juste, Monsieur Shaporo… Disons qu'un homme évite en général de toucher la poitrine d'une femme avec qu'il n'est pas fiancée. Même si le compliment me fait vraiment plaisir. »

Visiblement, sur le point de l'étiquette, Shaporo avait tout a apprendre. C'est pour ça qu'elle lui en voulait pas trop. Le fait qu'il est rendu ses vêtements, et ce qu'il avait fait montrait qu'en théorie, elle n'avait rien à craindre de cette homme. Enfin… Tant qu'elle utilisait bien ses mots. Elle comprenait que l'homme n'était pas un ami, et de ce fait, qu'il était parfaitement capable de récupéré sa lance, et lui enfoncer dans sa poitrine. Ce qui serait potentiellement très certainement mortel… Ce qu'elle aimerait éviter. Son premier séjour hors de Valm était déjà mouvementé, alors que son bateau était arrivé juste à 6 heure, ce matin ! C'était quand même assez incroyable, se disait-elle. Mais bon… En tout cas, la fin de sa phrase, était nullement une phrase lancée en l'air, comme ça. C'est vrai que le compliment faisait plaisir, personne n'avait jamais dis autrefois qu'elle avait un corps magnifique. Donc, apprendre ainsi, qu'on lui dise qu'elle avait un corps magnifiques… Cela faisait du bien à l'égo. Même si elle restait sur ses gardes, et si elle était une rose, elle savait garder ses piquants, quand il le fallait ! Enfin, que vaux des fins piquants sur quelqu'un qui était littéralement un sécateur ? Pas grand-chose.

« Nous, diplomate, sommes les rois de l'art du « mot », nous travaillons pour regler pacifiquement les conflits par nos paroles, des débats, et des compromis. C'est un moyen disons de régler les problèmes autrement que par l'épée… Même si ça ne marche pas toujours, rien que le fait que je me sois fais capturer, et presque dénudée entièrement... »

La fin de sa déclaration était un peu un aveu. En effet, elle devait bien avouer, mais la diplomatie n'était guère utile, quand deux brigands vous capture, et vous emmène dans leur repaire… Pourtant, elle avait presque réussi à semer la confusion entre les deux hommes, avant de se prendre le manche du couteau dans le crane… D'ailleurs, cela lui faisait toujours un peu mal, quand elle y pensait. Assez douillette, la diplomate… Je n'ose imaginer si elle s'était pris un coup de couteau. Mais bon, passons sur ce point. Elle précisa avec assez de détail la notion de « diplomate », que le fameux jeune homme, en face d'elle, ne semblait pas comprendre. Les diplomates ne maniaient pas des épées, mais des mots… Elle espérait ne pas se prendre trop de mépris, mais elle devait avouer qu'elle ne s'attendait qu'à ça, de la part des Feroxiens. Du peu qu'elle connaissait, (et c'était surtout des clichés et stéréotypes), elle savait que les Feroxiens étaient des barbares violents, qui ne juraient que par la guerre et la violence… Même si les petits compliments de Shaporo l'a faisait quand même douter quelque peu de cela… Quoiqu'il en soit, par rapport à cette pensée, elle tena à préciser quand même :

« Sinon, vous avez du voir dans mes affaires, une petite épée en bronze. Je l'ai reçu de ma famille. Mais je la manie mal. »

Elle avait du mal à croire qu'elle était entrain de discuter calmement avec cette homme. Elle se disait, intérieurement, que si elle avait réussi à tenir la discussion, et s'en sortir sans une égratignure de cette situation… Elle pourrait littéralement affronter les plus grands leaders de ce monde, elle en avait pas peur là ! Son aveu à l'épée était quand même important. Elle tenait à ne pas mentir devant celui qui était à mi-chemin entre ravisseur et libérateur. Mais aussi, cela lui permettait d'échapper à une éventuelle question sur ses talents à l'épée… Voir une demande de le prouver. Elle n'avait aucunement envie de croiser le fer avec cette personne, qu'elle supposait bien plus forte qu'elle. Elle n'avait beau de pas avoir d'idée de ce qu'était exactement le « champion » de Regna Ferox, elle devinait assez aisément que ce n'était pas un titre qu'on donnait aux meilleurs poètes de la régions, mais plutôt aux meilleurs combattants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Dim 13 Sep - 0:58

Fiancée ? C'était quoi ? Elle utilisait vraiment des mots compliqués parfois. Entre diplomate, fiancée ou même Valmienne, j'avais l'impression qu'elle me balançait tout ça pour me perturber. Et puis, je ne voyais pas en quoi ça gênait. Quand je faisais cela à ceux qui venaient me voir, ils avaient l'air d'apprécier, pourquoi pas elle du coup ? Je n'y comprenais rien, cela me fatiguait. Au final, était-elle celle que je pensais qu'elle était ?

L'art des mots. Je le savais, je m'étais complètement mépris sur son cas. Idiot. Je le savais en plus. Le nom des Héros, du moins le groupe, c'était les veilleurs. Je m'étais laissé prendre dans mon rêve d'enfance. Je n'avais pas du tout réfléchi. Régler pacifiquement un combat...Comme si cela avait pu marché contre ces ombres assoiffées de sang. A croire qu'elle en avait jamais vu...Mais en tout cas, elle savait que cela ne marchait pas à tous les coups, c'était déjà ça. Après tout, elle ne serait pas mis dans une position si délicate si cela fonctionnait vraiment tout le temps…

Une épée en bronze sinon… ? A quoi elle servait si elle la maniait mal ? C'était plus une gêne qu'autre chose dans ce cas là. Je me levai, et fouillai alors dans ses affaires. Je trouvai son arme et la lui amenai.

« Une bien jolie lame, c'est dommage. Il aurait été préférable que vous sachiez la manier, plutôt à ce qu'elle ne serve qu'à être une décoration inutile. »

Si j'étais sûr de son innocence, je pourrais commencer par là pour me faire pardonner. Je pouvais lui enseigner comment manier cette arme. Bien entendu, j'étais loin d'être le meilleur professeur de la région, ni même un très bon épéiste, mais je connaissais les bases. J'arrivais quelque peu à appliquer une danse des lames.

« Pour tout à l'heure, je suis désolé. Je ne pouvais pas savoir que cela vous embêterez. Je ne sais pas vraiment ce qu'est une fiancée, mais ce ne doit pas être votre cas. Je me suis un peu emporté en pensant que vous étiez peut-être l'une de ceux qui a combattu le mal qui régnait autrefois. »

Eh bien, je ne pouvais pas la retenir plus longtemps. Elle avait une arme sur elle, et cette dernière ne m'avait toujours pas embroché malgré les occasions qu'elle avait pour le faire. Je lui laissais alors une dernière chance de le faire. Dans le cas où elle tenterait quoi que ce soit, je remettrais mon jugement en suspens. C'était dangereux, mais je croyais en mon corps. J'étais sûr de pouvoir esquiver une attaque d'une personne assise.

Je me penchais alors juste au dessus de la demoiselle et tendit mon bras pour aller chercher un objet sur le chevet en bois, de l'autre côté. C'était un livre, je ne savais pas quoi exactement, mais je faisais cette action rien que pour me mettre en danger. Apparemment, elle ne frappait pas. Tant mieux...Je me précipitais alors pour prendre le livre, parce que j'allais paraître idiot si j'avançais au ralentis, ou même si je ne le prenais pas. Seulement, dans ma précipitation, j'emportai avec moi la bougie encore allumée qui tomba donc au sol, proche de moi. Le problème n'était pas là. Le problème était là-bas, sur les jambes de la miss. De la cire fondue, encore bien chaude, était tombée sur ses jambes encore nues, même si un habit couvrait cela partiellement.

Par le plus grand des hasards, ce recouvrement n'était pas assez grand. Je voyais la cire dégouliner sur le côté, et vers l'intérieur, entre les jambes. Il y en avait même là où je n'aurais absolument pas voulu qu'il y en ait...La pauvre. Je reculais un peu, ramassai rapidement la bougie pour faire en sorte que le bâtiment ne prenne pas feu et l'observait tout en étant désolé intérieurement.

« Je...Suis désolé... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Dim 13 Sep - 9:50

Une fois qu'elle avait mentionné son épée, le fameux Shaporo partit fouiller ses affaires. Il allait pouvoir voir le fait que notre demoiselle avait plus d'une tenue de rechanges, des produits pour prendre soin de sa peau, de nombreuses plumes, et un livre, entièrement vierge, à l'intérieur de ses affaires. Enfin, il pouvait voir cela, uniquement s'il s'intéressait un peu au contenu de son sac. Non, d'un point de vue gameplay, ce qui était surtout important, c'était qu'elle avait trois potions de soins, bien tenus à l'abri par une écharpe, et surtout, donc, sa petite épée de bronze qu'il récupéra. C'était étrange, n'empêche. Avant qu'il parte, elle avait put l'observer quelque peu… Et elle voyait quelque chose, presque comme de la… Comment dire… De la déception dans ses yeux ? Elle ne savait pas trop. En tout cas, le fameux Chevalier Pegase, bien qu'elle n'avait aucune idée qu'il en était un -pour tout dire, elle l'aurait même plutôt appeler un barbare ou un mercenaire à première vu-, lui rendit son épée, qu'elle attrapa et laissa à côté elle, peu habitué à véritablement la tenir. Elle écouta alors ce qu'il disait :

« Une bien jolie lame, c'est dommage. Il aurait été préférable que vous sachiez la manier, plutôt à ce qu'elle ne serve qu'à être une décoration inutile. »

Elle se contenta de baisser la tête. Oui, en effet… Et encore, heureusement qu'elle n'avait pas dit toute la vérité… Comment cela me diriez-vous ? Et bien, la jeune demoiselle avait aucunement menti, d'abord, si je dois commencer par quelque chose. Mais disons qu'elle avait omit de préciser… Qu'elle avait eu un entraînement à l'épée ! Et oui ! Grosse surprise ! Enfin, non, si vous avez lu la fiche de la jeune diplomate, vous devez le savoir. D'abord, chez les Tremeyre, sa famille… Mais ça, disons que c'était plutôt de l'ordre de l'anecdote, car disons que ses parents, et la famille Tremeyre en général, n'avait jamais été une famille de grands guerriers… Donc, son entraînement à l'épée consistait plus à disons la porte de manière noble, comme devait faire une vraie demoiselle de son rang. Même si c'était plutôt les hommes qui portaient l'épée, en général. Mais bref, ainsi, voilà. Donc, de l'autre côté… C'était véritablement à Chon'Sin qu'elle avait appris à manier l'épée un minimum. Donc, c'était là qu'elle avait appris le peu qu'elle connaissait. Je dis bien le peu, car elle était loin de manier bien l'épée.

« Pour tout à l'heure, je suis désolé. Je ne pouvais pas savoir que cela vous embêterez. Je ne sais pas vraiment ce qu'est une fiancée, mais ce ne doit pas être votre cas. Je me suis un peu emporté en pensant que vous étiez peut-être l'une de ceux qui a combattu le mal qui régnait autrefois. »

« Désolé de vous avoir fait de faux espoir. J'avais seulement 14 ans... »

Pas d'excuse, il y a… euh… Ricken ? Ouais, il avait peut-être seulement 14 ans avant l'élipse des deux ans… Pas sur. C'est vrai qu'elle faisait jeune quand même pour avoir connu tout ça. Pour tout dire, quand toute cette histoire avait commencé, mais ça, elle ne le savait pas, elle avait seulement 12 ans, quand tout cette histoire avait véritablement commencé. Et cela faisait à ce moment un an, que le Duc Virion avait fuit Rosanne, et qu'elle était donc tenu en otage à Chon'Sin, otage bien entendu dorée, otage bien confortable, mais otage quand même des techniques de l'odieux Excellus. Quand soudainement, il alla chercher quelque chose près d'elle. Elle le laisse faire, sans trop savoir ce qu'il voulait… Peut-être avait-il vu quelque chose qui intéressait particulièrement son intérêt ? Ouais, ça fait deux fois intérêt, c'est pas terrible comme phrase… Je sais, je sais… Mais bon, faut bien remplir les paragraphes… En tout cas, il récupéra alors ce qu'il voulait récupéré… au grand malheur de la pauvre Cadfaëlle !

Pourquoi cela, me demanderiez-vous avec des grands yeux, encore une fois ? Et bien… Je vous explique cela de suite. Alors qu'il venait d'attraper son livre, de la maladresse posa un problème… En effet, il fit tomber une bougie ! Mon dieu ! La maison allait entièrement bruler ! Non, je plaisante, la bougie fut de suite maitriser… Cependant, de la cire chaude tomba alors sur le pantalon de la jeune demoiselle. Celle-ci fut peu satisfaite de cela. Ses vêtements étaient précieux, raffiné… Et… OH MON DIEU LA CIRE COULE ! Elle poussa un profond couinement de douleur, quand la cire commença à glisser sur sa pauvre chair blanche comme la cire. C'était extrêmement douloureux, surtout pour elle qui n'avait pas du tout l'habitude d'avoir mal, il faut l'avouer. Aie… Des larmes de douleurs perlèrent dans ses yeux, et avec sa main, elle retira vite la cire encore chaude sur ses pauvres jambes… Aie… Cela faisait mal… Elle regardait alors Shaporo, comme si elle avait peur qu'il ait fait exprès, mais cependant, celui-ci déclara, visiblement assez gêné de ce qui s'était passé :

« Je...Suis désolé... »

« C'est… vous auriez put faire attention… Cela… Cela a fait mal. »

Quel douillette… En même temps, tout le monde ne pouvait pas avoir été habitué si jeune a subir les pires tortures… Cadfaëlle venait de la noblesse, et venait d'un milieu, où elle avait eu dix personnes autour d'elle, dès qu'elle tombait dans la terre meuble des jardins de Rosanne. Puis, même si son exil forcé à travers les différents territoires de Valm l'avait renforcé, elle avait toujours gardé sa marque de noblesse, ce qu'il l'avait beaucoup aidé. Elle s'était progressivement amélioré, mais elle était toujours resté une demoiselle noble, assez douillette, et il faut l'avouer très clairement, peu habituée à l'effort. Elle déclara clea avec peut-être un peu trop de colère, elle voulait pas s'énerver, et garder son calme olympien… Mais difficile quand on venait d'avoir vraiment mal, par une action totalement… Elle n'avait aucune idée de ce qu'il avait voulu faire, mais en tout cas, elle avait eu mal dans le processus, et cela… Ce n'est pas cool ! Ainsi, la jeune diplomate, déclara, toujours avec un petit peu trop de colère à son goût :

« Vous… Vous pouvez me libéré maintenant… ? Je n'ai rien de plus à dire. Je suis innocente et inoffensive, vous avez vu. »

En effet… Comment pensez qu'elle était encore dangereuse ? Et bien, à cause d'une petite erreur de sa part qui pouvait vite se transformer en un énorme quiproquos. Comemnt cela, me demanderiez-vous, impatient de savoir ce que j'ai derrière la tête (réponse : des cheveux). Et bien, je vous explique : Elle avait dit, je cite « Je n'ai rien de plus à dire ». Et cette phrase pouvait parfaitement être comprise comme « Je ne veux pas vous dire quelque chose de plus ». Oui, cela semble du détail, mais cela montrait que notre diplomate avait encore du chemin à faire. Un vrai diplomate aurait de suite compris l'erreur que c'était, et saurait qu'il y avait un risque, en disant cela, que cela pose problème… Et si je peux donner un conseil, à toi, ma chère Cadfaëlle : Ne risque pas de faire des quiproquos avec un homme qui t'as déjà vu nu, et qui vient de sans faire exprès, certes, te faire tomber de la cire brulante dessus. Cela pourrait lui donner des idées. Après, peut-être était-ce de la paranoïa, et peut-être que notre demoiselle allait enfin retrouver la liberté ! Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Dim 13 Sep - 14:00

14 ans à ce moment ? On avait le même âge ? M'enfin, en soit, cela paraissait plutôt logique. Elle n'avait pas l'air trop jeune, et définitivement pas trop vieille. Mais bon, avoir exactement le même âge m'avait surpris, c'était vrai. Je n'y avais pas songé une seconde...En vrai, je n'avais pas du tout réfléchis à quel âge elle pouvait avoir, cela m'était complètement égal… Elle avant 14 ans à la fin, ou bien au début ? Cela changeait tout...Dans le pire des cas, on avait deux ans de différence...Mais en fait, pourquoi je pensais à ça ?

Quoi qu'il en soit, je me doutais bien que la cire fondue bien brûlante n'allait pas faire du bien. Hormis d'être habitué à la douleur, avoir connu une douleur hautement plus grande, cela restait fortement déplaisant. De plus, ayant examiné son corps plus tôt, il ne semblait pas qu'elle supporte vraiment la douleur physique. En un mot, aie.

Je l'aurais bien libérée après cela...Mais, sa dernière prise de parole m'en persuada le contraire. C'était étrange. Elle était bien trop pressée de partir, que je la laisse. C'était vrai que je n'étais pas vraiment le genre de type effrayant, mais se sentir pour autant en sécurité, ou bien ne pas ressentir du danger provenant de moi, ce n'était pas ce qu'il fallait montrer. J'avais été trop gentil. Elle n'avait plus rien à dire. Elle ne voulait que partir, s'enfuir. Seuls les coupables sont pressés de déguerpir.

Il fallait que je sois plus intimidant. Posant d'abord le livre au sol, je ramassais ma lance de ma main droite. De ma main libre, je plaquai violemment la demoiselle contre le lit, en la prenant par son épaule opposée, et avec l'aide de mon avant-bras pour couvrir le reste du corps jusqu'à son autre épaule. Je plaçais mon visage près du sien, prenant un visage beaucoup plus sérieux, beaucoup moins relaxé. Je laissais par la même occasion mon bras droit assez libre pour que je puisse avoir le réflexe de lui planter ma lame avant qu'elle ne le fasse avec la sienne. Bien entendu, je gardais cette lance assez discrètement, du moins j'essayais. Je la regardais quelques secondes dans le blanc des yeux.

« Ne me fais pas rire. T'as oublié qui est en position forte ici ? Décide pas tout de toi-même. Que tu n'aies plus rien à dire, que tu sois innocente, je décide de tout ça, pas toi. J'ai été trop gentil, mais je vais te dire la vérité...Je descends d'une famille de brigands, de bandits, de mécréants. Je me suis déjà retrouvé à torturer pour le plaisir, d'arracher des membres un par un pour récolter des informations, d'enfoncer très lentement une aiguille dans l’œil d'une enfant qui ne pouvait même pas bouger...Alors, ne fais pas la maligne, compris ? »

Après cela, je la relâchais, et reculais un peu, gardant toujours la même expression. Je pris alors la chaise en bois plus loin pour la ramener vers le lit. Je pris le livre au sol, et commençais à le feuilleter tout en gardant un œil sur la prisonnière. Des informations. J'allais garder les écrits, mais je n'allais pas le regarder entièrement pour le moment, j'avais d'autres choses à faire. Je fermai brusquement le livre.

« Quoi qu'il en soit, dans un premier temps, qu'est ce que tu fais dans le coin ? T'es venu pour espionner c'est ça ? Je ne sais même pas si tu as dit la vérité, si tu t'appelles vraiment Cadfaëlle machin, et si t'es vraiment ce que tu dis être. Je voudrais éviter d'en venir à la torture, alors réponds honnêtement. »

J'étais vraiment fatigué. Pourquoi j'essayais de découvrir la vérité ? Après tout, un accident pouvait si vite arrivé. Elle était déjà morte avant que je la retrouve. Elle était vendue avant que je ne m'en aperçoive...

« Dis, à combien estimes-tu ton corps ? Tu sais, en tant qu'esclave. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Dim 13 Sep - 14:31

Liberté… Elle voulait retrouver sa liberté. Elle en avait marre, elle voulait reprendre le chemin. Elle n'était pas là pour discuter de tout et de rien, encore attaché. Bien sur, on pourrait croire qu'elle cachait quelque chose… Mais c'était tout simplement, encore plus simple : Cadfaëlle était quelqu'un de normal, qui s'énervait, qui avait des émotions, et qui faisait des erreurs… Choses qu'elle ne faisait absolument pas quand elle débattait politique, ou quand elle tentait de régler des conflits entre personnes ou pays, mais là, elle était dans une toute autre situation… Soudainement… Alors qu'elle pensait sa liberté bientôt de retour, il se passa quelque chose qu'elle ne s'attendait nullement. Bien loin de la libéré, au contraire, le fameux Shaporo, la fit basculer, littéralement, la plaquant contre le lit… Mon dieu ! Il allait… Il… Non ! Elle ne voulait pas mourir ici ! Pas maintenant ! Elle eut le reflexe, intelligent, de tenter d'attraper son arme, mais aucune chance, elle comprit bien qu'elle n'aurait pas le temps de la brandir, qu'elle aurait déjà l'arme en elle… Et donc, qu'elle serait morte. Très effrayée, elle entendit :

« Ne me fais pas rire. T'as oublié qui est en position forte ici ? Décide pas tout de toi-même. Que tu n'aies plus rien à dire, que tu sois innocente, je décide de tout ça, pas toi. J'ai été trop gentil, mais je vais te dire la vérité...Je descends d'une famille de brigands, de bandits, de mécréants. Je me suis déjà retrouvé à torturer pour le plaisir, d'arracher des membres un par un pour récolter des informations, d'enfoncer très lentement une aiguille dans l’œil d'une enfant qui ne pouvait même pas bouger...Alors, ne fais pas la maligne, compris ? »

« Ou… oui… ! »

Que… Que se passait-il tout d'un coup… ? Mon dieu… C'était… C'était bien un brigands ! C'était ! C'était… C'était un brigand ! Elle le savait. La première impression était toujours la bonne. Cadfaëlle avait des défauts, mais celui-ci était le plus grand : elle croyait désespéremment à toute les questions de « destins », « d'héritages familliale », et sur le bien fondé de la première impression qu'on avait de quelqu'un. Cette homme était pour elle, un bandit. Maintenant, elle en était persuadé. Cependant, d'habitude, elle traite les bandits de hauts, les critiquant… Là, évidemment, la situation faisait qu'elle n'était pas trop en mesure de jouer à ce jeu là. Elle devait tenir profil bas, le temps qu'elle arrive à s'en sortir… Mais bon sang, à quel jeu jouait se brigands ? Elle n'avait plus ses affaires, qu'il pouvait voler à tout moment… Si. Elle comprenait. Il était entrain de jouer avec elle… Ou alors, il avait un autre but. Il était entrain de visiblement tenter de « récupérer » des informations, mais quels informations… ?

« Quoi qu'il en soit, dans un premier temps, qu'est ce que tu fais dans le coin ? T'es venu pour espionner c'est ça ? Je ne sais même pas si tu as dit la vérité, si tu t'appelles vraiment Cadfaëlle machin, et si t'es vraiment ce que tu dis être. Je voudrais éviter d'en venir à la torture, alors réponds honnêtement. »

« Je... »

Elle avait bien compris qu'il semblait bien s'y connaître en torture… Et s'il y avait une chose qu'elle n'avait pas envie de découvrir sur Regna Ferox… C'était très probablement ses techniques de tortures… Non, c'était bon sur ce point. Elle pensa qu'elle allait n'avoir pas besoin des cours théoriques de tortures, surtout si elle devenait tout d'un coups celle qui allait permettre l'étude de ses tortures… Bon sang de bonsoir… Depuis qu'elle était arrivé à Regna Ferox, elle s'attirait les ennuis en cascade… Elle devait s'en sortir, et en vitesse… Et découvrir ce qu'il voulait… Heureusement, enfin, si on peux dire heureusement, la réponse à cette question, disons… Allait très bientôt, arriver, aux yeux de Cadfaëlle, car en effet, il déclara :

« Dis, à combien estimes-tu ton corps ? Tu sais, en tant qu'esclave. »

« Que… Que voulez-vous dire par là ? »

Combien… estimer… Son corps… ? Gloup… Elle savait ce que cela voulait dire… C'était bien un brigand. Et il allait la vendre. Littéralement… Elle imaginait déjà les marchés d'esclavages de Regna Ferox, et bien qu'elle ne faisait que les imaginer, elle les voyait comme bien réel… Non. Elle devait être calme. La diplomate qui était en elle se relevait. Elle ne savait pas assez bien manier l'épée pour s'en sortir, si les deux personnages commençaient à se battre. Mais elle pouvait l'avoir avec des arguments bien plus tranchant que sa lame de bronze… Et elle allait lui montrer comment les diplomates survivaient dans ce monde hostile… Certes, ils ne semblaient pas les plus adaptés, mais s'il y avait encore des diplomates, dans ce monde, c'est qu'ils avaient réussi à s'en sortir… Plus ou moins bien. Bien entendue, elle n'avait pas envie de finir comme une esclave, donc, telle un débat, elle décida d'éluder la question. Elle préférait pas se montrer défaitiste, et déjà donner le prix de sa propre vente… Puis l'idée même de donner un prix à son corps la dégoûtait, elle déclara, d'une voix quand même tremblante :

« Je ne vais que repêter ce que je vous ai déjà dis… ! Je suis Cadfaëlle Tremeyre. Je viens de Rosanne, je suis fille de Noble, d'une grande famille, et je suis Diplomate. Je suis à Regna Ferox pour aller à Astria, le royaume de la paix... »

Elle s'enfonçait, malgré ce que j'ai dis précédemment. Pourquoi cela ? Et bien, vous allez croire que la narration ne sert qu'à enfoncer la pauvre Cadfaëlle, mais c'est vrai : En effet, elle ne faisait pas que repèter ce qu'elle avait dit autrefois. Elle venait de dire pour la première fois le but de son voyage. Non qu'elle ne voulait pas le dire de base, mais tout simplement… Elle n'avait pas pensé, dans un premier temps, de le dire, car elle ne le voyait pas comme très utile. Maintenant, cependant, comme elle était dans une situation extrêmement gênante, et bien… Elle devait absolument utiliser toutes les cartes qu'elle avait en main, et avoir plus d'une corde à son arc. C'était principal, si elle voulait s'en sortir de cette situation… Cependant, elle avait dit cela, en faisant une pause à la fin. Elle réfléchissait activement. Comment s'en sortir ? Mmh… Elle devait trouver plus. La phrase qui allait la permettre de s'en sortir… Telle un avocat en pleine reflexion, elle cherchait l'argument qui la sortirait de ce mauvais pas. Enfin, l'avocat d'Ace Attorney, hein. Je doute que les vraies avocats fonctionnent comme cela… Mais bref, réfléchissant à plein régime, elle trouva. Elle allait lui envoyer le paquet, en espérant que ça marche.

« Virion ! Virion est mon duc ! C'est l'un des Veilleurs, des grands héros de la guerre ! »

Elle n'y croyait pas. Elle allait… elle utiliser… Monsieur Virion comme son sauveur ! Visiblement, cette homme était amateur des histoires des veilleurs… Or elle connaissait presque l'un d'entre eux ! Donc, elle devait utiliser ça… Les mots… Son épée ne lui servirait à rien, ce n'était qu'avec des mots bien utiles et bien placés qu'elle allait pouvoir se sauver. Mais elle faisait tout cela, quand même avec une crainte : Si cette homme comptait la vendre comme une esclave, tout les meilleurs arguments du monde ne servirait à rien, elle allait devoir réfléchir à se battre. Cependant, elle gardait une certaine confiance avec l'idée que ce qu'il voulait, était uniquement, purement et simplement, la vérité. Alors, si cela était ça… Elle avait encore des chances… Cette homme n'était pas un ami, loin de là, ce qui faisait qu'elle devait réfléchir, et rester concentrer… Elle avait encore quelques chances de s'en sortir, non couverte de chaînes, et non vers un marché d'esclaves, mais bien la route d'Ylisse, puis d'Astria. Allez, Cad', pensa-t-elle. Reste concentrée, et surtout… ne montre pas ta peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Dim 13 Sep - 15:02

Je repris mon calme. Du moins, je repris mon petit sourire. De par mon expérience, n'importe qui qui aurait joué le jeu aurait répondu autre chose que lors de leur première annonce. Elle disait la vérité. Après tout, une personne ayant fait un cri aussi mignon pour de la cire fondue ne risquait pas d'être aussi courageuse pour défier quelqu'un avec une réelle expression meurtrière. Ou alors elle était trop insouciante, celle-là...Je soupirais.

J'avais encore un long chemin à faire. Dans un premier temps, il fallait que je renforce mon vocabulaire. Parler avec elle m'avait fait découvrir que certains mots m'échappaient complètement. J'étais loin d'être infaillible, mais pour le coup, je m'en voulais un peu. J'étais bien trop méfiant, quasi-paranoïaque. Père, regarde. Regarde ce que tu m'as fait à moi, le jeune aspirant à être un héros.

Mhm ? Pegasus était revenu, je le sentais. Je portais mon regard quelques secondes vers la porte puis soupirai de nouveau.

« Déjà... »

Je me levai de ma chaise, posai ma lance et caressai la tête de la demoiselle. Je ne savais pas ce que je pouvais faire pour être pardonné. Il n'y avait probablement rien à faire, je n'allais pas pouvoir être pardonné après tout ce que je lui avais fait. En tout cas, elle avait réussi. La torturer aurait été amusant, mais si c'était une innocente, si je savais parfaitement que c'en était une, cela n'avait plus de sens. Le plaisir n'y serait plus. Je lui adressais alors un doux sourire.

« Désolé, tu passes. Je voulais juste te tester, j'en suis vraiment désolé que cela a pris cette ampleur là. Bien évidemment, je ne vais pas te vendre, ni quoi que ce soit. Si j'aurai découvert que tu étais une brigand ou autre, j'aurais planté ma lame dans crâne. »

Certes, ce n'étaient pas vraiment des paroles rassurantes. D'ailleurs, je n'étais pas vraiment doué avec les mots, moi. Mais avec ça, elle savait sûrement que je ne la suspectais plus. Et donc, que pouvais-je faire pour ne pas être complètement détesté ? Rien…Je commençais tout d'abord par défaire délicatement les liens qui restaient. Ensuite, je fis deux pas en arrière, me mit sur un genou avec mon bras droit juste en dessous de la poitrine, l'autre dans le dos au niveau opposé.

« Pardonnez mes erreurs, Milady. »

Maintenant que j'y pensais, si elle était là, c'était à cause d'un kidnapping. Elle ne connaissait probablement pas les lieux...Ni rien d'ailleurs. Elle se rendait donc à Astria...Je pouvais l'accompagner et faire office de garde du corps. Si elle passait par le chemin d'Ylisse, je pouvais même faire un excellent guide. J'ai vécu à Ylisse, même si je suis maintenant de Ferox.

« Vous dites aller à Astria ? Laissez moi vous guider jusque lors. Je vous protégerais si la situation le recommande, au péril de ma vie. Je le jure, en mon titre de Champion. Je suis d'Ylisse, je connais les lieux pour aller jusqu'à Astria. Et de plus, je suis plutôt bon guerrier... »

Pegasus faisait du bruit à l'extérieur, sûrement pour signaler sa présence. Je laissais se dessiner un radieux sourire.

« Désolé, il s'impatiente. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Dim 13 Sep - 19:34

Mon dieu… Est-ce que cela allait marcher ? Elle en avait aucune idée. Mais alors, aucune ! Mais cela devait marcher. Et elle avait quand même confiance en deux choses : Premièrement, en ses dons d'oratrices, de diplomate, mais secondement, et encore plus important : la Vérité. Elle croyait en la vérité, et elle savait que c'était la vérité… Car c'était elle qui le disait ! Et qu'elle n'avait aucune raison de mentir ! Donc, maintenant, c'était le moment… Est-ce que la vérité allait briller ? Ou bien, est-ce qu'elle allait sombrer dans l'esclavage ? Elle ne savait pas encore, et la peur lui tenait les tripes… Quand soudainement… Soudainement… A CE SUSPENCE ! Bref, la lance fut abandonné. Abandonné. Et la main arriva vers la jeune demoiselle diplomate. Elle crut, un très court moment, qu'elle allait être frappé. Mais non, il se contenta de caresser tranquillement sa tête, ce qui fit regagner rapidement une légère teinte rougé à ses joues… Ca y est… ? Cette fois, c'était fini… ? Vraiment ? Elle allait être libre ?

« Désolé, tu passes. Je voulais juste te tester, j'en suis vraiment désolé que cela a pris cette ampleur là. Bien évidemment, je ne vais pas te vendre, ni quoi que ce soit. Si j'aurai découvert que tu étais une brigand ou autre, j'aurais planté ma lame dans crâne. »

« J'imagine. »

Oh oui, elle imaginait bien ! Elle imaginait parfaitement comment la lance aurait littéralement transpercé sa tête. Sur le coup, elle devait bien l'avouer… Beaucoup de personnes diraient, avec beaucoup de fierté et d'orgueil, qu'ils préféraient la mort à l'esclavage. Et elle ne doutait absolument pas de cela. Mais elle… Disons qu’elle préférait largement être vendu en n'importe quel type d'esclaves, plutôt que mourir ! Mais bon… Au moins, elle pouvait se dire qu'il allait arriver ni l'un ni l'autre… en effet, elle se fit enfin, libérée… Pas trop tôt. Elle était enfin libre, entièrement. Cette fois, il n'y avait plus rien du tout qui l'emprisonnait, qui l'entravaient… Bref, elle pouvait bouger. Mais la suite l'étonna presque. Le fameux Shaporo, alors, prit une position presque de soumission, en s'inclinant devant la diplomate. Elle qui venait tout juste de se faire libéré, juste après avoir été menacé, et presque tué par le fameux Shaporo, cela était très troublant, il fallait bien l'avouer. Elle écouta alours soigneusement ce qu'il déclara, d'un ton qui montrait que cela était nullement une déclaration ironique, et qu'il le pensait bien :

« Pardonnez mes erreurs, Milady. »

« ... »

Enfin. Enfin, on la traitait, comme une dame digne de son rang. Depuis qu'elle était à Regna Ferox, elle avait vraiment eu l'impression d'arriver dans le dernier des endroits incivilisé ! C'était… Ils avaient une noblesse à Regna Ferox… ? Elle commençait à avoir des doutes sur ce point. Mais bref… Là, ça y est, Shaporo était entrain de devenir plus civilisé… Enfaîte, elle était entrain de penser que le fameux Shaporo était quelqu'un de très complexe. Il n'était pas méchant, cela, c'était sur… Et elle avait peut-être eu tord de l'accuser mentalement d'être un brigands… Mais c'était, quoiqu'il arrive, quelqu'un de très paranoïaque. Mais pas quelqu'un de méchant. En tout cas, il semblait vraiment peiner par la situation… Mmh… Elle se devait, en temps que diplomate, de lui pardonner… Après tout, de toute façon, elle avait envie de partir le plus vite possible maintenant, et pardonner quelqu'un, c'était le meilleur moyen de s'en débarasser. En gardant de la rancune, on se condamnait à se souvenir de la personne… Et ce n'était pas du tout ce qu'elle avait envie. Pas du tout. Mais cependant, elle ne put partir aussi facilement. Car en effet, le fameux chevalier pégase déclara :

« Vous dites aller à Astria ? Laissez moi vous guider jusque lors. Je vous protégerais si la situation le recommande, au péril de ma vie. Je le jure, en mon titre de Champion. Je suis d'Ylisse, je connais les lieux pour aller jusqu'à Astria. Et de plus, je suis plutôt bon guerrier… Désolé, il s'impatiente.  »

« Mmh… Je sais pas trop quoi dire…. »

Elle devait avouer que faire le voyage en compagnie d'un homme qui avait quand même, touché l'intégralité de son corps, et menacé de la tuer… C'était un petit peu glauque, et elle devait l'avouer, pas très… Engageant comme idée… Elle devait avouer, que si elle ne détestait pas Shaporo (Il l'avait quand même délivré, et même si elle avait eu très peu, et c'était sentit très gênée, elle était obligé de reconnaître qu'elle lui devait la liberté, et peut-être même la vie!), cela ne voulait pas dire pour autant qu'elle l'appréciait. Loin de là même ! Mais bon… Cela ne voulait pas dire qu'elle le haïssait. Elle était reconnaissante, et si elle n'aimait pas vraiment les gens qui lui faisait du tord, elle était quelqu'un qui devait reconnaître, quand quelqu'un lui avait sauvé la vie. Et même s'il n'avait pas été terrible, sur de nombreux points… Jamais cela n'avait été fait par méchanceté. Donc, elle le tolérait. Elle ne le détestait pas. Mais loin d'elle de lui reconnaître la moindre touche d'amitié… Donc, cela semblait mal partie pour qu'elle accepte la proposition du champion… Très mal partie, donc :

« Je suppose que je vais accepter… Je n'ai pas trop envie de me retrouver de nouveau dans des beaux draps comme celui-là... »

Là, tout de suite, c'était sur que ça jouait énormément. Après tout, elle… Elle avait quand même eu, pour le moins qu'on puisse dire, une mauvaise aventure. Une très mauvaise aventure. Enfin, début d'aventure. Certes, cela s'était bien passé… Mais qu'est-ce qui se serait passé, si personne n'était venu la sauver… Elle pensait que temps qu'elle n'était pas dans des contrées, disons… Plus civilisé, elle avait quand même besoin de protecteur. Sauf que sans or… Enfin, avec seulement assez d'or pour se loger rapidement et pas cher, et se nourrir, disons… Que cela serait impossible à recruter quelqu'un pour la protéger. Il restait Shaporo. Même si ce n'était pas le meilleur choix… Et loin d'être le choix qu'elle aurait choisit dans de meilleurs circonstances, elle comprenait qu'elle devait le prendre. Mais voilà. Quand c'était le seul choix, elle n'avait pas trop d'autres choix que de ne pas faire la fine bouche. Ainsi, maintenant libre, elle se leva, s'étira rapidement et put enfin répondre à un pied d'égalité avec le fameux Shaporo. Elle déclara alors :

« Alors, permettez-moi de dire plus simplement : Moi, Cadfaëlle Tremeyre, Diplomate de Rosanne, j'accepte votre aide, Monsieur Shaporo. Après tout, vous m'avez quand même aidé, je serais sans doute pas là, si vous n'aviez pas agis. »

C'est là qu'elle remarqua qu'elle n'avait pas encore remit son pantalon… Rouge de honte, elle le remit rapidement, et frotta rapidement à l'aide de ses mains ses vêtements, comme pour les débarasser d'une couche de poussière invisible. Elle fit un rapide sourire à Shaporo, puis commença à vérifier ses affaires, se penchant pour vérifier tout dans son sac. Une fois cela fait, elle attrapa un nouveau ruban, et attacha de nouveau ses cheveux en queue de cheval. Là, comme cela, on voyait bien l'androgénie de la jeune demoiselle. Une fois cela fait, elle récupéra son sac, qu'elle prit bien, et remit son épée à sa ceinture, la mettant toujours en valeur, même si, si elle avait bien compris, cela ne marchait pas toujours pour dissuader les brigands… Bon, d'accord, elle devait avouer, cela n'avait pas du tout marché dans son cas… Mais en tout cas, c'était le moment d'avancer. La jeune demoiselle traversa alors la maison où elle avait été donc transporté… Enfin, si on pouvait appeler ce type de batisse une « maison », car elle avait sérieusement des doutes… Une fois sortie, elle déclara, tranquillement, mais étonnée :

« Où sont les brigands… Joli Pegase, ils sont rares à Valm ! »

Elle tentait de trouver des sujets de discussion, quand même, plus léger que celui de l'enlèvement… Elle allait devoir commencer à connaître cette homme qu'elle venait maintenant d'engager comme protecteur, pendant son chemin vers Ylisse ! Donc… Il fallait faire un peu la discussion. Elle avait d'abord voulu demander pour les brigands, puis elle se rappelait des déclarations du fameux chevalier pégase, chose qu'elle pouvait maintenant deviner, maintenant qu'elle avait vu le fameux pegase. Mais bref, elle se rappelait de ses déclarations, sur la torture, et enfaite, elle pensait sérieusement que mieux valait qu'elle reste dans l’ignorance sur ce point. Sans doute qu'il était partit. Ouais, ils étaient partit. C'était… Une très bonne conclusion ! Bref… Donc, elle décidait de tourner la discussion sur le pegase. C'est vrai qu'elle n'en n'avait jamais vu. Alors qu'elle avait pu croiser de nombreux Chevalier Wyverne. Elle se demandait si beaucoup de chevalier Wyverne existait dans les régions comme ça d'Ylisse ! Enfin, Ylisse le continent, hein. Mais bref, c'était l'interrogation de la jeune diplomate. Mais bref, maintenant, cela allait être à Shaporo de discuter, sans doute plus mal à l'aise dans les discussion disons… Quotidiennes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Lun 14 Sep - 23:03

A première vue, la demoiselle semblait libérée, défaite d'une entrave angoissante et aussi, surprise. Je la comprenais, n'importe qui à sa place aurait été de même, hormis les masochistes extrêmes. Même ceux étant habitués à la douleur, n'ayant aucun mal à lutter, pouvaient être étonnés de mes actions. Quoi ? Un bandit Feroxien s'autoproclamant Champion s'agenouille devant toi...Y'a de quoi être choqué quand même.

Mais bon, au final, elle avait accepté ma proposition. Après tout, j'avais bien appuyé sur mes mots, et bien entendu, je les avais bien choisi. Après une telle aventure, quiconque ne connaissant pas les lieux, ou n'ayant pas réellement envie d'acheter un mercenaire, garde du corps ou autres, aurait donc accepté. Dans tous les cas, c'était comme elle l'avait dit. Elle ne serait pas là sans moi...Quoique, sa situation de départ était assez étrange quand même. Je ne savais pas ce qu'elle allait faire avec les deux messieurs mais...Bon.

Comme prévu, Pegasus nous attendait à la sortie, juste devant. Je m'avançai vers lui, fit un de ses tendres sourires tristes que j'avais l'habitude de le faire, puis je le câlinais, l'enlaçais. Pegasus était tout pour moi. C'était à la fois mon meilleur ami, à la fois mon compagnon, à la fois mon frère, et même plus.

« Tu as bien fait. »

Je me tournais alors vers la noble qui s'interrogeait sur les brigands….Mais qui changea vite de sujet, voyant la magnificence du cheval ailé. Rare. Ce mot me percuta un peu. Je n'y avais jamais songé, mais en y repensant, c'était vrai que je n'avais pas non plus croiser énormément de Pégase dans le coin, ni même au sein de ma vie.

« J'ai eu de la chance de le rencontrer, c'est vrai. En ce qui concerne les brigands... »

Cela en valait-il au moins la peine de le dire ? Elle sembla éviter ce sujet, alors pourquoi je m'y étais relancé ? C'était tout moi. Je ne pouvais pas m'empêcher de divulguer des informations à tout va. D'ailleurs, j'avais même fait une petite fixette sur les tâches de sang qui restaient, avant de redresser mon regard vers la blonde.

« Ils sont partis. »

Dis-je innocemment, avec un doux sourire. Sérieusement, je n'avais que ça à faire, de raconter ma vie et mes moindres faits et gestes ? Je me désespérais moi-même. En tout cas, je ne voulais pas rester dans le coin trop longtemps. L'odeur du fer se ressentait toujours, et je n'avais nullement l'envie d'avoir ce parfum en tête pour le reste de la journée. Je me mis alors à avancer un peu, tout en indiquant à Cadfaëlle que l'on allait prendre la route. Eh bien, on marchait, certes...On marchait. Pourquoi marcher avait-il une atmosphère aussi étrange ? Sans m'en être rendu compte, j'avais brisé ce silence qui régnait en maître, la cause d'une ambiance si mystérieuse.

« Et donc...Vous dites vous rendre à Astria...Auriez-vous l'amabilité de m'annoncer dans quel but… ? »

Ah oui, cette attitude...Cela changeait pas vrai ? Le comportement d'un digne chevalier, je l'avais lu en livre. Je le pratiquais aussi en vérité, même si cela ne se voyait pas tout le temps. D'ailleurs, il fallait que je lui affirme quelque chose, avant qu'elle ne se fasse de fausses idées.

« En fait, mon agissement, cette façon de parler, je l'ai apprise de moi-même Milady. Nullement les Feroxiens ne m'auraient enseigné l'art de la chevalerie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Mer 16 Sep - 7:41

Elle regarde le jeune homme s'occuper de son pégase. Elle trouvait cela adorable. Elle n'aurait pas cru voir l'homme être comme ça, surtout devant elle.Mmh... On dirait parfois que devant des animaux, certains hommes étaient bien différents... Et bien, là, visiblement, elle avait eu la preuve avec ce jeune homme, qui semblait bien plus à l'aise avec son pégase, qu'avec elle... Eheh. Si elle était une très mauvaise langue, elle aurait fait une blague de mauvais goût, sur le fait qu'il semblait plus apte à montrer de l'amour (que cela soit de façon charnelle ou pas) à un pégase, qu'à un être humain... Mais elle n'avait pas envie de se retrouver saucisonné sur le pégase, justement. Donc, elle allait s'abstenir. Tant pis, car aux yeux de la fameuse diplomate, cela aurait été très drôle... Mais parfois, mieux vallait sacrifier une bonne blague, que risquer gros... n'est-ce pas ? Mais bref, en tout cas, elle était quand même content de voir que ce fameux Shaporo, même s'il ne savait pas parler aux dames, avait quand même une compagnie qui semblait s'attacher à lui... Elle écouta alors sa déclaration

« J'ai eu de la chance de le rencontrer, c'est vrai. En ce qui concerne les brigands...  Ils sont partis.  »

« Ah, d'accord. J'espère qu'ils seront capturés et jugés pour leurs crimes ! »

N'importe qui d'autres auraient compris que le fameux Shaporo était entrain de mentir sur ce point... Mais visiblement, notre diplomate était encore quelque peu naïve. Elle n'arrivait pas à penser, sur le coup, que le fameux Shaporo avait littéralement tués ses hommes... Comment aurait-elle réagit, si elle avait apprit cela ? Cela était une très bonne question... Pour une demoiselle qui avait vécu pendant les quelques années de sa vies de son adolescences dans un continent éternellement en guerre, menacé par les forces armées de Walhart, il fallait quand même le dire... Elle n'avait presque jamais vu la guerre de ses propres yeux ! Mais bref, donc la mort... Et bien elle ne connaissait pas énormément. Cela était une bonne chose ! Jamais on ne pouvait vraiment souhaiter à quelqu'un de découvrir la sombre vérité de la mort... Après tout, c'était très dur, d'affronter sa première mort. Qu'on la voie, ou pire, qu'on la donne. Rien de plus horrible que de prendre sa première vie... Cadfaëlle ne se rendait pas compte, mais pour le moment, ses délicates mains étaient blanches de sang... Qui sait si ça dura...

C'est alors que les deux sortirent. Shaporo put remarquer, ou s'il avait envie de remarquer, à quel point Cadfaëlle n'était pas à sa place sur ses routes dangereuses. Tout de suite, elle commença à trotinner, tourner sur elle-même, et profiter du léger soleil qui réchauffait légèrement l'atmosphère. Elle était bien contente de se retrouver de nouveau dehors, après environ deux heures faciles d'emprisonnement... Mais son comportement... Était-ce bien raisonnable, sur des routes où on pouvait se faire aisément détrousser ? Qu'importe ! Il faisait beau, pas trop froid, et elle voulait se dégourdir les pattes ! Et puis... Elle avait maintenant un protecteur, qui en plus, pouvait voler ! Donc, que pouvait donc lui arriver ? Oui je ,sais, Cadfaëlle, mais quand même ! Cela ne veux pas dire que tu peux prendre des risques inconsidérés ! Cette fille était impossible... Mais bon, comme dit précédemment... C'était compréhensible, comme comportement. Encore une fois, elle ressemblait plus à une écolière en voyage scolaire, qu'une vraie voyageuse... En tout cas, elle entendit, tout d'un coup :

« Et donc...Vous dites vous rendre à Astria...Auriez-vous l'amabilité de m'annoncer dans quel but… ? »

Tient ? Visiblement, elle n'aurait pas besoin de mener la discussion elle-même, étant donné que le fameux Shaporo commença de lui-même la discussion ! Cela faisait plaisir. Elle avait l'impression qu'il cherchait vraiment à se faire pardonner... Ou endormir sa confiance. Mais cela, elle n'y pensa pas le moins du monde... Trop naïve, ou ayant trop confiance en les gens, cela allait lui faire du mal en temps que diplomate... Mais qu'importe, il était trop tard. Puis, j'avais la chance d'avoir véritablement quelqu'un dans mon camps pour s'occuper de la petite Cadfaëlle, et pas un traitre ! Mais imaginez une seconde que Cadfaëlle aurait eu la confiance endormie, et que la personne qui l'accompagnait aurait voulu la capturer ? Et bien... Il se serait sans doute pas fatiguer à faire tout cela, et se serait contenter de la prendre, alors qu'elle était encore ficelé sur un lit. Bref, c'est vrai, sur ce point, vous avez entièrement raison. Mais qu'importe. En tout cas, Cadfaëlle voulut répondre, mais elle n'eut guère le temps, car tout d'un coup... Le fameux Shaporo reprit immédiatement la parole.

« En fait, mon agissement, cette façon de parler, je l'ai apprise de moi-même Milady. Nullement les Feroxiens ne m'auraient enseigné l'art de la chevalerie. »

« Mmh... Je vois. Dur pays que semble Regna Ferox. »

Mmh... Elle appréciait le fait que Shaporo parlent un peu plus de lui et Regna Ferox... Et surtout, cela expliquait de nombreuses choses sur son comportement. Fils de bandits, elle le savait. Il avait appris son comportement tout seul... Elle le savait maintenant... Tout cela commençait disons à rendre plus clair son comportement. Maintenant qu'elle savait cela, c'était plus difficile de lui en vouloir... Mais bon, quand même ! Cela n'excusait pas certains actes très gênants, et surtout, très effrayants pour elle ! Visiblement, il avait véritablement beaucoup à apprendre. Ce n'était pas grave ! Après tout, elle allait pouvoir lui donner quelques conseils, alors, pendant le voyage ! Ses conseils étant infiniment bons et logiques, cela payerait en partie le fameux voyage... Oui, visiblement, ce petit épisode de capture n'avait pas entaché l'orgueil de la fameuse Diplomate, et celle-ci était visiblement toujours très bonnes pour se venter... Mais passons, encore une fois, sur ce point, et concentrons nous sur les déclarations de la fameuse jeune demoiselle aux cheveux blonds attachés :

« Alors, je rappelle, je suis diplomate, donc, il me faut connaître la vie de nombreux pays pour mieux les comprendre lors des conflits. Voyez-vous, c'est l'incompréhension, l'ignorence, et la peur qui amène la guerre. »

Cadfaëlle déclara cela, calmement, et comme si elle parlait à un enfant, tentant d'expliquer quelque chose qu'elle trouverait compliqué pour le jeune homme... Cela était, je pense, quelque peu insultant pour le pauvre Shaporo, mais il faut bien comprendre que Cadfaëlle ne voulait nullement l'être ! Tout ce qu'elle voulait, c'était expliquer calmement sa situation. Pour quelqu'un, dont la diplomatie était visiblement quelque chose d'inconnu; quelque chose qui ressemblait plus à un mot qu'on trouve à la fin d'un mot fleché dans une boite de Chocapic. Ouah, je fais de la pub pour Neslé dans des forums Fire Emblem. Comment je suis trop un rebelle intégré aux système ! Ce que je viens de dire est tout à fait illogique. Bref ! En tout cas, la fameuse Diplomate, pensait qu'il était nécessaire de donner des explications... En effet, ce qu'elle venait de dire, si on y réfléchissait un peu, n'expliquait pas, enfin, ne répondait pas à la question de Shaporo : Si on prenait ce qu'elle avait dit, cela pourrait marcher pour n'importe quel pays. Ainsi, elle déclara, tranquillement :

« Et puis... Je viens de Valm. Nous sommes un continent qui a été ravagé par la Guerre. C'est pour cela que je cherche à comprendre comment un pays vit, et fonctionne uniquement grâce à la paix... »

Elle fut beaucoup plus sérieuse quand elle déclara ça, parlant gravement, et cachant légèrement ses yeux à l'aide de son beau chapeau bleu... Valm... Ce continent n'avait toujours vécu que pour la guerre. Elle était jalouse, oui, jalouse de ses états du continent d'Ylisse... Quatre états. Trois états seulement, sur une surface aussi énorme qu'un continent. C'était... incroyable pour elle. Ylisse, Regna Ferox, et Plegia, à l'origine, et maintenant, on y rajoutait Astria... De l'autre côté, Valm, lui, était un énorme continent, avec des multitudes d'états.. Rosanne n'en n'était qu'un parmi d'autres. Sa volonté n'était pas néo-Walhartienne, comme certains disaient dans le continent de Valm. Elle ne voulait pas réunir par la force les différents états de Valm... Mais elle voulait que ses états réussissent à avoir une vraie paix. Une vraie paix. Car tout le monde savait que la Coalition restait définitivement fragile : On ne pouvait guère faire confiance en la coalition, si quelqu'un devenait trop fort dans la coalition... Mais qu'importe : Cadfaëlle avait espoir. Elle était sûre que son séjour à Astria allait beaucoup l'apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Shaporo
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 24/08/2015

Chemin parcourru
Classe: Chevalier Pégase
Niveau: 1
Expérience:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Mer 16 Sep - 18:28

Juger pour leur crime...Intérieurement, cela me faisait bien rire. Ils n'avaient pas été vraiment jugé, mais ils avaient payé pour ce qu'ils avait fait, et ce qu'ils auraient pu faire. Du moins, ils m'avaient rencontré, chose qu'il ne fallait absolument pas pour leur cas. Cependant, je leur en étais reconnaissant, ils n'avaient pas été imprévisible, bien au contraire. Leur schéma tactique était même trop prévisible. Bref, ils avaient subi ma justice.

Si Regna Ferox pouvait sembler dur pour certains, pour moi, c'était quasiment le contraire. On m'y avait accueilli, on m'y loge, on m'y donne de la nourriture...On me laisse faire ce que je veux. C'est tout ce que je souhaite. Tout était parfait pour mon cas. Je n'y apprenais pas vraiment beaucoup de choses. Je n'avais pas non plus accès à une culture extraordinaire. Cela dit, tout ce qu'on m'offrait, je l'acceptais pleinement, c'était déjà ça.

En tout cas, elle y tenait à son titre de diplomate. Du genre, beaucoup. Combien de fois me l'avait-elle dit déjà ? Un bon paquet pour que je m'en remémore. Et donc, suite à cela, j'avais une vague idée, très vague idée de ce qu'elle voulait faire là-bas. Mais, quelque chose me titillait un peu. La peur causait des guerres...C'était peut-être vrai pour un cas sur dix, mais après...En tout cas, j'allais exprimer mon avis, déjà.

C'était le must là. Soit elle était trop naïve, ce qui semblait être le cas, soit elle était franchement idiote, ce qui semblait aussi l'être...Comment on pourrait apprendre le fonctionnement d'un pays si on y avait jamais vécu ? Si l'histoire de ce pays nous échappe totalement ? Si on avait pas du tout partagé ses maux et ses pleurs ? Il n'y avait aucun moyen pour cela. Même moi, je pouvais très bien que je ne connaissais absolument pas le fonctionnement d'un seul pays.

« L'incompréhension ? L'ignorance ? La peur ? Ne voulez-vous pas plutôt dire, l'avarice, le pouvoir et la malveillance ? Chacune des guerres ne se déclenchent non pas par peur de l'inconnu, mais plus par la soif de territoires et d'argents, ou bien à cause d'une pure malveillance. Si la peur cause une guerre sur dix, voire même sur trente...Cette simple malveillance en cause dix, et l'avarice se décide pour le reste. »

J'aurais pu être plus amical comme garde du corps, c'était vrai. Mais, je ne pouvais pas vraiment laisser passer cela, surtout pas cela. Pour quelqu'un ayant connu la guerre, je la trouvais beaucoup trop optimiste à ce propos. Beaucoup trop naïve. Se voilait-elle la face de cette façon, ou était-ce ses véritables pensées ? J'espérais que ce soit plus le premier cas.

« Si chercher les fonctionnalités d'un pays peut vous mener à votre paix, je vous conseille d'arrêter dès cet instant. Il ne vaudrait mieux pas que vous vous embarquer dans ce que j'appelle une fausse paix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfaëlle
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 22

Chemin parcourru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   Mer 16 Sep - 19:34

Cadfaëlle profitait bien, très bien de sa liberté, se promenant dans l'herbe, regardant les arbres... Elle semblait une demoiselle extrêmement curieuse sur ce point... Comme si elle voulait tout découvrir, comme si elle n'avait jamais vu autrefois... Mais bref, sur ce point... Que dire de plus ? Elle aimait découvrir. Curieuse de tous, elle était même un peu trop, ce qui pouvait devenir, je pense, presque énervant pour le fameux Shaporo, qui devait en avoir marre de la voir s'émerveiller sur presque tout ce qu'elle voyait... Ahalala... Mon pauvre Shaporo... dans quoi tu t'étais entrainé ? Tu allais souffrir sans aucun doute ! Tu avais décidé d'accompagner la mauvaise personne ! Notre fameuse Cadfaëlle ressemblait quand même un peu à une grande enfant... En tout cas, bref, reprenons notre sérieux. Marchant tranquillement, la fameuse Cadfaëlle ne put rater alors la déclaration qui lui fut adressé, alors, quand elle était tranquillement entrain de marcher : Déclaration qui était en rapport avec ce qu'elle avait dit :

« L'incompréhension ? L'ignorance ? La peur ? Ne voulez-vous pas plutôt dire, l'avarice, le pouvoir et la malveillance ? Chacune des guerres ne se déclenchent non pas par peur de l'inconnu, mais plus par la soif de territoires et d'argents, ou bien à cause d'une pure malveillance. Si la peur cause une guerre sur dix, voire même sur trente...Cette simple malveillance en cause dix, et l'avarice se décide pour le reste. »

« Que...? »

Quel vision... Défaitiste de l'être humain ! Elle confirmait, dans sa tête, ce qu'elle pensait : Cela voulait très certainement dire qu'il avait particulièrement souffert pendant sa vie... Et sans doute qu'il avait subit du mal à cause des hommes, qui étaient visiblement quelque chose qu'il craignait. Enfin, craignait... Pas tout à fait, c'était plutôt qu'il n'avait aucune confiance en l'être humain... Mmh... Cela expliquait pourquoi il avait presque cru jusqu'au bout qu'elle allait tenter de le tuer ! Avarice, pouvoir, malveillance... Dans un sens... Elle ne pouvait pas totalement déconfirmer ce qu'il disait... ?Il avait raison... Mais elle était sur que ce n'était pas que ça l'être humain... On voulait toujours voir le pire dans l'être humain... Mais il avait des bons côté aussi ! Et cela... On ne pouvait le nier ! On ne devait le nier ! Sinon, comment le monde pourrait avancer ? Nullement. Il serait donc coincer, à l'immobilisme, à la méfiance... La méfiance... C'était justement ce qu'elle voulait combattre. Certains combattaient les corps... Elle voulait lutter contre les esprits. Et elle était sûre qu'elle pouvait réussir.

« Si chercher les fonctionnalités d'un pays peut vous mener à votre paix, je vous conseille d'arrêter dès cet instant. Il ne vaudrait mieux pas que vous vous embarquer dans ce que j'appelle une fausse paix. »

« Mmh... »

Elle semblait réfléchir... Je ne dis point « à quoi », car vous devinez tout de suite la réponse : la fameuse diplomate réfléchissait à beaucoup, je dis bien, beaucoup de chose ! D'abord, elle réfléchissait donc à cela, aussi... Une « fausse paix » ? Qu'était-ce qu'une fausse paix ? Sans doute une paix, où elle n'est qu'apparente... Mais dont les doutes, les craintes, les risques continuaient d'exister. Mais bref... Elle était quand même persuadé qu'elle pouvait tenter de le convaincre de l'inverse ! Quoi donc ? Et bien, que l'homme n'était pas que de l'avarice, du tord... Et puis, même ses hommes ne pouvaient rien faire seul ! Il avait besoin d'homme ! Et c'est là qu'elle voulait agir. Elle voulait montrer à tous que le chemin de la raison était celui de la paix et de la coexistence pacifique ! Et ça, c'était un chemin qu'elle ne pouvait prendre que par la plume, et non par l'épée. Le tyran Walhart l'avait bien prouvé. Une fois sa hache brisé, la rigueur, la morale, et les bons conseils avaient repris leur place... Donc, voilà ! Elle était sûre qu'on pouvait bien avancer, dans le bon sens. Elle déclara alors, une fois avant murement réfléchit :

« C'est là que les peuples prennent leur importances. Un peuple peux contrôler son tyran, le déposer et en reposer un autre. Cela est indéniable, les masses sont plus fortes que les hommes seuls. »

Une reflexion bien marxiste pour une demoiselle noble... Cadfaëlle était bien moderne... Alors, pour aller dans « l'intellectuelle », ce n'était pas tout à fait Marxiste. Même si elle parlait des « masses », ce qui vous rappelera les notions de prolétariats... Quoi ? Comment cela je suis quelque peu incompréhensible ? Bref, en tout cas, c'était plus proche enfaîte des déclarations de Voltaire, enfin, des penseurs de la période des Lumière. Ne faîtes pas dire à Cadfaëlle ce qu'elle n'a pas dit : elle n'était pas une ardente défenseuse de la démocratie participative active direct ! Non, mais cependant, son but, son intérêt était porté sur ce qu'on appelle le « despotisme éclairé », avec des monarques qui seraient donc capable de diriger un état, tout en acceptant ainsi les différences, et les conseils. De plus, elle voulait montrer qu'un ensemble était bien plus fort qu'un homme, aussi avare de gloire, richesses et terres ! Les gens se devaient d'être des gens intelligents, et suivre le chemin de la raison... Et le pire ennemi de la raison ? La haine. La peur. Justement, ce qu'elle voulait lutter par son travail avec les mots.

« C'est pour cela que... ouah ! »

Ouah ? Quel argument indéniable de la part de notre fameuse Cadfaëlle ! Visiblement, elle avait du longuement réfléchir à cette argument avant de le dire... Mais pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi cette argument ? Attendez ? On me souffle dans mon oreillette que cela ne serait nullement un argument. Dans tout les traités de rhétoriques, le « ouah » est introuvable ! Mais alors que voulait-il dire ? Et bien... Vous le trouverez dans les répertoires d'onomatopé... Bon, plus sérieusement, enfaîte, Cadfaëlle n'avait pas remarqué ce qu'il y avait devant elle, et tombait alors en arrière. Quel maladresse... Cela était logique, bien entendu. Réfléchissant à ce qu'elle devait répondre, tout en continuant de regarder un peu partout, et bien... Elle ne se concentrait pas sur où elle mettait les pieds, et donc... Elle pouvait glisser à tout moment. Maintenant, il fallait bien voir. Est-ce que notre fameuse Diplomate allait littéralement se casser la figure par terre, sur le dos en arrière, ou bien, Shaporo allait l'aider...? C'était une bonne question, dont je n'ai pas les clefs. Tout ce que je peux vous dire... C'est à vous les studios !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Un agneau isolé est en danger." [N ~ 16 - PV . Shaporo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "en mode test" installation mixte de zone de danger ???
» [Résolu] Navigator V - impossible de voir les POI et les "Zones de danger"
» [Résolu] Base de radar garmin et base zones de danger (tomtomax) sur un 765
» ou sont mes alertes zones de danger gps garmin nuvi 2467
» PAS DE ZONES DE DANGER APRES MISE A JOUR SUR BMW NAVIGATOR IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem Shades of Sins :: Regna Ferox :: Port Ferox-